Le témoignage de Margaret, bénévole du projet TABASAM

© Brendan Bannon / CARE

Le projet TABASAM (Tabora Adolescent and Safe Motherhood) de CARE Tanzanie vise à préserver la santé des femmes durant la grossesse, l'accouchement et la période de post-partum immédiat.
Depuis plus de vingt ans, Margaret travaille comme accoucheuse traditionnelle dans sa communauté près du village de Nzega, dans la région de Tabora. Depuis quelques années, elle travaille au dispensaire. Même si elle parle de « travailler », elle n'est pas payée pour les cinq jours qu'elle effectue par semaine.
En Tanzanie, le personnel des services de santé n'est pas assez nombreux. Plus de 60 % des postes sont vacants. Compter sur des bénévoles comme Margaret pour assurer les services les plus élémentaires comme la naissance des bébés est devenu tout à fait crucial, en particulier dans les zones rurales.

Aider les gens

Si Margaret vient au dispensaire, c'est parce que cela lui donne l'occasion d'apprendre. Elle est heureuse de pouvoir aider les gens. Et elle les aide vraiment. Non seulement elle passe son temps au dispensaire pendant les heures d'ouverture, mais elle est aussi la personne-ressource en cas d'urgence médicale.
En quatre mois, elle a mis au monde cinq bébés. Il lui est arrivé d'assister à la naissance de l'un d'eux sur la route vers le dispensaire. Le nouveau-né était sorti avec le cordon ombilical enroulé autour du cou. Elle était terrifiée, mais grâce à ses années d'expérience, elle a pu le réanimer. À présent, la maman et le bébé sont heureux et en bonne santé.

Les gens de la communauté la connaissent bien. Et souvent, les enfants qu'elle a mis au monde viennent chez elle pour la remercier et lui offrir des présents.
La plupart du temps, lorsqu'elle va chez une femme pour l'aider à accoucher, Margaret ne peut pas se procurer les instruments de stérilisation requis et utilise des sacs en plastique ou de vieux draps. Elle sait qu'il y a des risques pour la santé quand elle procède à un accouchement sans les conditions d'hygiène adéquates, mais le dispensaire ne peut pas lui fournir de matériel, car il n'en dispose pas non plus.

Malgré ces conditions difficiles, Margaret sait combien les femmes qu'elle aide doivent au travail des organisations humanitaires : « Nous avons besoin de plus de soutien, car cette clinique n'existerait pas sans aide l'extérieure.  »

CARE en Tanzanie

En Tanzanie, à travers cette initiative, CARE travaille pour améliorer la santé maternelle et reproductive des femmes et des jeunes filles vulnérables dans la région rurale qui a le plus haut taux de mortalité maternelle du pays. Plus de 500 000 femmes et de 100 000 nouveau-nés devraient en bénéficier.