30 mai 2014

Ouganda : CARE soutient les réfugiés du Soudan du Sud

Elizabeth, ses quatre enfants et son neveu de 11 ans, font partie des 100 000 Soudanais du Sud qui ont trouvé refuge en Ouganda. Soutenue et formée par CARE, elle est désormais l'un des trois promoteurs d'hygiène de son village de réfugiés. Un récit de Damien Junca, chargé des urgences de CARE France.

Des violences déchirent le Soudan du Sud depuis décembre 2013

L'ONG CARE soutient les réfugiés du Soudan du Sud en Ouganda
2014 / CARE
Elizabeth et l'abri construit par CARE

Malgré le récent cessez-le-feu au Soudan du Sud, Elizabeth reste prudente sur l'évolution de la situation dans son pays natal :

« Je ne veux pas retourner au Soudan du Sud tant que je ne serai pas certaine que mes enfants pourront y grandir en sécurité. La situation est tellement instable là-bas. Même si nos conditions de vie en tant que réfugiés sont difficiles, ici nous sommes en sécurité. »

Cette jeune femme de 26 ans se souvient des cinq derniers mois de violences et de fuite :

« Quand les combats se sont intensifiés à Bor, dans l'État du Jonglei, j'ai fui avec mes quatre enfants et mon neveu. Mon mari est resté là-bas. Beaucoup d'entre nous ont commencé la route à pied vers la capitale. Nous avons eu de la chance de trouver un camion qui, en cours de route, a accepté de prendre notre groupe. Mais une fois que nous sommes arrivés à Djouba, tout le monde s'est séparé. J'étais seule avec les enfants et ne me sentais pas en sécurité. Nous avons continué à marcher jusqu'en Ouganda. »

La construction d'abris et latrines par CARE

Après avoir été accueillie dans un premier temps dans un centre collectif du HCR, Elizabeth a bénéficié d'un emplacement dans un camp de réfugiés. Le gouvernement ougandais distribue en effet des parcelles aux réfugiés

« On m'a donné des outils, des bâches plastiques et des nattes. Mais je ne savais pas comment construire un abri toute seule alors les enfants et moi dormions dehors sous un arbre », se souvient Elizabeth.

L'ONG CARE soutient les réfugiés du Soudan du Sud en Ouganda
2014 / CARE
Démonstration du fonctionnement d'un système pour se laver les mains

Quand CARE est intervenu dans le camp, Elizabeth a été désignée comme l'une des réfugiés les plus vulnérables et a bénéficié d'un abri. CARE a engagé des ouvriers de la région et acheté des matériaux locaux pour construire des huttes, des latrines et fosses à ordures.

Les chefs du village ont ensuite demandé à Elizabeth si elle souhaitait s'impliquer dans les campagnes de promotion d'hygiène organisées par CARE.

« Je faisais partie du comité des usagers d'eau au Soudan du Sud et je voulais améliorer notre situation ici. J'ai été formée par CARE et je suis désormais l'une des trois promoteurs d'hygiène de notre village. Ma vie a changé parce que j'ai désormais le sentiment d'être utile pour ma communauté », raconte Elizabeth.

L'arrivée de la saison des pluies

« Les conseils d'hygiène donnés par CARE nous aident même si nos conditions de vie restent très précaires. Nous avons besoin de savons, de jerrycans pour conserver de l'eau. Mes enfants ont aussi besoin de vêtements. »

Avec l'arrivée de la saison des pluies, la malaria est une vraie menace. D'autant plus, que la majorité des réfugiés a été obligée d'utiliser les moustiquaires distribuées par les organisations humanitaires comme cordes pour construire leur abri. Pour éviter cela, CARE fournit de la corde et des clous dans le cadre de ses projets de construction d'abri.

L'ACTION DE CARE


Présente depuis 1993 dans cette région, l'ONG CARE Soudan du Sud mène des programmes dans les Etats de Jonglei, du Nil supérieur et Unité. CARE soutient par exemple près de 50 centres de santé. CARE assiste également les déplacés et les communautés hôtes par des distributions et des programmes de santé.

En Ouganda, CARE assiste une partie des 100 000 réfugiés en facilitant l'accès à l'eau potable, aux infrastructures sanitaires et en menant des distributions de kits hygiène, d'abris et de nourriture.