10 février 2015

Une aide psychosociale pour les réfugiés syriens dans le camp d'Azraq en Jordanie

La Jordanie accueille actuellement plus de 621 000 réfugiés syriens dont 11 600 vivent dans le camp d'Azraq. Chaque jour, plus d'une centaine de réfugiés se rendent au centre communautaire, géré par CARE, pour participer à des activités de loisirs et de soutien psychosocial. Les rencontres et les discussions, voire les jeux pour les plus jeunes, les aident à surmonter les expériences traumatisantes qu'ils ont vécues : les violences, la fuite, la perte de leurs proches.

L'ONG humanitaire vient en aide aux réfugiés syriens en Jordanie.
2014 / CARE

Des moments de partage pour les adultes

« Les réfugiés syriens qui vivent dans le camp d'Azraq n'ont pas seulement besoin de nourriture et de médicaments. Il leur faut aussi un endroit où ils se sentent en sécurité et peuvent partager des moments de convivialité. Les enfants ont aussi besoin d'aller à l'école, d'apprendre et de jouer », explique Hiba Sarhan de CARE Jordanie.

Dans les centres communautaires gérés par CARE, les parents peuvent ainsi parler de la difficulté d'élever leurs enfants dans un camp ; ils peuvent aussi échanger des idées lors de clubs de lecture.

« Dans les sessions, nous discutons des livres que nous avons lus et nous partageons nos idées. Quand on vit dans un camp et qu'on a tout perdu, il est important de pouvoir apprendre de nouvelles choses. Nous devons aussi apprendre à surmonter notre tristesse, à penser différemment et à gérer nos émotions », témoigne Samir, 42 ans, originaire de Damas.

« La plupart de ces enfants ont perdu leur enfance. Je veux les aider à la retrouver »

« Les enfants réfugiés syriens expriment leurs sentiments à travers leur façon d'agir : certains sont silencieux, d'autres sont en colère. C'est le résultat des déplacements et des traumatismes de la guerre. Des missiles ont détruit leurs maisons et leurs écoles, des membres de leur famille ont été tués. Certains ont vécu dans une peur constante pendant des mois voire des années. Ce n'est pas facile de soigner ces plaies invisibles. D'autres ont aujourd'hui de grandes responsabilités. Les filles aînées se substituent parfois à leur mère pour s'occuper de leurs frères et sœurs. Mais sous bien d'autres aspects, les enfants réfugiés sont comme tous les autres enfants. Ils aiment jouer, chanter et dessiner. Ils sont créatifs, aiment poser des questions et découvrir de nouvelles choses », explique Hiba, 22 ans, bénévole pour CARE dans l'un des centres communautaires.

Tous les jours avec les enfants syriens peuvent jouer avec les animateurs de l'équipe CARE. Des quizz leur permettent de se divertir tout en s'instruisant. Des ateliers créatifs développent leur imagination par la construction d'objets en carton ou autres matériaux. Les enfants peuvent aussi se rendre sur les aires de jeux pour jouer au football, au pingpong ou se faire maquiller. Le jeu et la parole les aident à retrouver leur enfance.

« J'aime beaucoup m'amuser dans les centres communautaires de CARE. J'aime me faire de nouveaux amis. J'aime quand nous chantons et dessinons ensemble car j'oublie toutes les choses négatives », explique Amal, 7 ans.

LA RÉPONSE DE CARE À LA CRISE SYRIENNE

CARE a déjà fourni une aide d'urgence à plus de 290 000 personnes : populations déplacées en Syrie, réfugiés syriens ou communautés hôtes en Jordanie, Turquie, au Liban et en Irak.

Nous soutenons actuellement des familles de réfugiés en distribuant des vêtements, des chaussures et des couvertures.

  • En Syrie, CARE apporte une aide d'urgence aux populations affectées par les violences.
  • En Jordanie,CARE fournit un soutien financier d'urgence pour aider les réfugiés à couvrir leurs dépenses de base (loyer, achat de nourriture et de médicaments). CARE assure également un soutien psychosocial et donne des informations sur les soins de santé et soutien juridique et social dont les réfugiés peuvent bénéficier.
  • Au Liban,CARE fournit un soutien financier d'urgence aux réfugiés syriens et travaille avec les municipalités pour améliorer les réseaux d'approvisionnement en eau et les installations sanitaires destinées aux réfugiés et aux communautés hôtes. 
  • En Egypte,CARE sensibilise les réfugiés aux risques d'exploitation sexuelle et aux violences contre les femmes et les enfants.
  • En Turquie,CARE a distribué de la nourriture, des couvertures et des articles d'hygiène à près de 10 000 réfugiés syriens arrivés de Kobané.
  • En Irak (Kurdistan), CARE apporte un aide d'hiver aux déplacés.