12 mars 2015

83% des lumières se sont éteintes en Syrie en 4 ans de conflit

Plus de 83% des lumières se sont éteintes en Syrie depuis le début du conflit. C'est ce que révèle une coalition mondiale d'organisations humanitaires et de défense des droits humains à la veille du 15 mars qui marquera le 4e anniversaire de la crise syrienne.

En collaboration avec les 130 ONG membres de la coalition #withSyria, des chercheurs de l'Université de Wuhan en Chine ont constaté, par l'analyse d'images satellites, une diminution de 83% des lumières visibles dans le ciel syrien depuis mars 2011.

« Quatre ans de crise ont plongé les Syriens dans une obscurité insoutenable : plus d'hôpitaux, plus d'écoles, plus d'administration. Comment vivre dans de telles conditions? », a déclaré Karim Lahidji, président de la FIDH. « Aujourd'hui, la communauté internationale est vraisemblablement le seul espoir pour les Syriennes et les Syriens : qu'elle se fasse entendre et qu'elle ne les oublie pas, qu'ils soient en Syrie ou réfugiés. La communauté internationale a le devoir de rallumer ces lumières... »

« Les images satellites fournissent les données les plus fiables montrant l'ampleur de la dévastation en Syrie », explique le Dr Xi Li, directeur de recherche du projet. « Prises à plus de 800 kilomètres au-dessus de la Terre, ces images nous aident à comprendre la souffrance et la peur qui sont la réalité quotidienne des civils en Syrie, alors que leur pays s'effondre autour d'eux. Dans les zones les plus affectées telles qu'Alep, ces chiffres font froid dans le dos : 97% des lumières ont disparu. La province de Damas et celle de Quneitra, près de la frontière israélienne, font figure d'exception avec la disparition de respectivement 35% et 47% des lumières.»

La coalition #withSyria a aujourd'hui rendu public une vidéo percutante et lancé une pétition mondiale sur withsyria.com pour appeler les dirigeants du monde entier à « rallumer la lumière en Syrie » en:

  • Travaillant en priorité à une solution politique fondée sur le respect des droits humains ;
  • Accélérant la réponse humanitaire pour ceux qui en dépendent en Syrie et pour les réfugiés, y compris par l'augmentation du nombre de réfugiés réinstallés dans des pays tiers ;
  • Insistant pour que toutes les parties au conflit mettent un terme aux attaques contre les civils et au blocage de l'aide humanitaire.

« Le monde détourne les yeux des millions de réfugiés syriens laissés sans soutien, sans espoir », déplore Geneviève Garrigos, présidente d'Amnesty International France. « Le Haut-Commissariat aux réfugiés a appelé les Etats à accueillir, d'ici la fin 2016, 380 000 personnes en situation très vulnérable. En 2013, François Hollande s'est engagé à en accueillir 500, insignifiant au regard de l'urgence, de l'ampleur de la crise humanitaire qui perdure. La France doit aujourd'hui s'engager plus loin et affirmer, autant par les discours que par les actes, sa solidarité avec les réfugiés syriens afin de rallumer la lueur de leur espoir.»

Bassam Al-Ahmad, porte-parole du Violations Documentation Centre in Syria (VDC) rappelle que « l'émergence de groupes terroristes agissant à travers les frontières a semé la terreur et attiré l'attention du monde sur la Syrie. Elle a en revanche détourné l'attention des gouvernements de la souffrance des civils et des abus commis par l'ensemble des parties à ce conflit. Chaque jour, des médecins, travailleurs humanitaires et enseignants syriens prennent d'énormes risques pour venir en aide à leurs voisins et à leurs proches, tandis que la communauté internationale ne parvient toujours pas à amener une solution politique capable de mettre un terme à leurs souffrances et aux affrontements. »
« En 2014, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a voté trois résolutions demandant que des mesures soient prises pour la protection des civils et l'acheminement sans entrave de l'aide humanitaire en Syrie. Ces résolutions auraient dû avoir un impact positif pour la population syrienne », rappelle Claire Fehrenbach, Directrice Générale d'Oxfam France. « Depuis le vote de ces résolutions, des milliers de syriens ont perdu la vie, jamais autant de civils n'ont été prisonniers des combats ou forcés à les fuir, et l'accès humanitaire ne s'est pas amélioré».

« Echec coupable en Syrie » un nouveau rapport publié aujourd'hui par Oxfam, le Norwegian Refugee Council, Médecins du Monde et d'autres organisations, accuse les belligérants et grandes puissances de ne pas avoir respecté ces résolutions.

Signataires du communiqué de presse au 9 mars 2015 :

1.ACT Alliance
2.Alkarama Foundation
3.American Friends Service Committee
4.Amnesty International France
5.Andalus Institute for Tolerance and anti-Violence Studies
6.Arab Coalition for Sudan
7.Arab Foundation for Civil Society
8.Arab Program For Human Rights Activists
9.Bahrain Human Rights Watch Society
10.Broederlijk Delen
11.CAABU (Council for Arab-British Understanding)
12.CAFOD
13.Cairo Institute for Human Rights Studies
14.CARE France
15.Caritas Australia
16.Center for Victims of Torture
17.Christian Aid
18.Church of England
19.CIVIC
20.Darfur Bar Association
21.Doctors of the World UK
22.Euro-Mediterranean Human Rights Network (REMDH)
23.Fédération Internationale des Droits de l'Homme (FIDH)
24.Fraternity Birati Center for Democracy and Civil Society
25.Global Center for R2P
26.Global Communities
27.GOAL
28.Governance Bureau - Sudan
29.Hand in Hand for Syria
30.HelpAge International
31.Human Rights & Democracy Media Center "SHAMS"
32.Human Rights First Society - Saudi Arabia
33.Human Rights Watch
34.Humanist Institute for Development Cooperation (HIVOS)
35.International Rescue Committee (IRC)
36.Islamic Relief
37.Justice et Paix
38.Lebanese Center for Human Rights
39.Ligue des droits de l'Homme (LDH)
40.MAP UK
41.Médecins du Monde (MdM)
42.MercyCorps
43.Najda-Now
44.No Peace Without Justice
45.Norwegian Church Aid
46.Norwegian Refugee Council
47.One World Egypt
48.Open Doors International
49.Open Doors UK & Ireland
50.Oxfam France
51.Pax Christi International
52.People In Need
53.Physicians for Human Rights
54.Protection Approaches
55.Refugees International
56.Refugee Council
57.Relief & Reconciliation for Syria AISBL
58.Rethink Rebuild Society
59.Solidarités International
60.Sudan Social Development Organisations (SUDO UK)
61.Syrian American Medical Society (SAMS)
62.Syrian Relief and Development
63.Syrian Women. Hand in Hand
64.Tearfund
65.The Day After Association
66.The Syria Campaign
67.The Violation Documentation Center in Syria
68.Trocaire
69.United to End Genocide
70.World Food Program USA
71.World Vision
72.World Vision UK
73.Zarga Organisation for Rural Development (ZORD) - Sudan

Notes aux rédactions:
  • L'analyse d'images satellites de la Syrie a été menée par le Dr Xi Li du Laboratoire d'Ingénierie de l'Information pour la Topographie, Cartographie et Télédétection de l'Université Wuhan en Chine. Ces chiffres résultent d'une mise à jour des données issue de l'étude publiée par le Dr Xi en 2014 dans le Journal International de la Télédétection (International Journal of Remote Sensing), dans laquelle le professeur Deren Li et lui-même ont analysé les lumières visibles la nuit dans le ciel syrien afin de suivre l'impact du conflit. En comparant les images satellites de mars 2011 et février 2014, ils ont constaté une diminution drastique de la quantité de lumières visibles la nuit dans le ciel syrien avec le déclenchement du conflit. Dans la plupart des provinces, plus de 60% des lumières nocturnes ont en effet disparu. Les chercheurs ont aussi constaté une corrélation linéaire entre le nombre de personnes déplacées internes et la disparition des lumières nocturnes dans chaque province.
  • Détail de la disparition des lumières nocturnes par province : Idleb (96%), Hassaké (77%), Raqqa (96%), Soueïda (80%), Quneitra (47%), Lattaquié (88%), Alep (97%), Hama (87%), Homs (87%), Deraa (74%), Deir ez-Zor (90%), Rif Dimachq (78%), Tartous (87%), Damas (33%).
  • Les images satellites qui retrace les quatre ans de la crise syrienne sont téléchargeables - sous embargo strict jusqu'au 12 mars, 01 :01- sur ce lien.
  • Seront aussi disponibles les photos et les rushs d'un rassemblement local en Syrie au cours duquel des enfants syriens feront voler des lumières dans le ciel de l'aube pour symboliser la nécessité de rallumer la lumière en Syrie.
  • La coalition #WithSyria est un mouvement qui rassemble des organisations humanitaires et de défense des droits de l'homme du monde entier, parmi lesquelles Oxfam, Amnesty International et la Fédération Internationale des ligues des Droits de l'Homme (FIDH), qui s'engagent aux côtés des civils pris au piège par ce conflit. Plus d'information, y compris la nouvelle pétition et le film de campagne de la coalition sur www.withsyria.com.
  • Un groupe d'organisations humanitaires, parmi lesquelles Norwegian Refugee Council, Oxfam, Save the Children, World Vision International, International Rescue Committee, Médecins du Monde et Handicap International, a également publié aujourd'hui une critique virulente à l'encontre des puissances du Conseil de Sécurité des Nations Unies, détaillant comment elles ont failli à leur devoir envers les civils en Syrie. Ce rapport montre que malgré l'adoption l'année dernière de trois résolutions censées garantir la protection et l'aide humanitaire pour les civils, l'accès humanitaire a diminué dans une grande partie de la Syrie et jamais autant de personnes n'ont été tuées, forcées à fuir ou dépendantes de l'aide.
  • La vidéo de la campagne, "Peur du Noir", a été réalisée par l'agence plusieurs fois primée Don't Panic, qui a aussi créé la vidéo du 3e anniversaire du conflit « Une seconde par jour » (Most Shocking Second a Day) l'an dernier. La vidéo s'ouvre sur un plan mettant en scène un jeune adolescent syrien vivant une vie normale, voire confortable, avec pour seul souci sa peur du noir. Mais le spectateur s'aperçoit vite qu'il s'agit d'un flashback 4 ans auparavant. Le jeune garçon est désormais un jeune homme de 17 ans bataillant pour sauver les jeunes victimes blessées par les combats, dans les ténèbres d'un pays ravagé par le conflit.
Contact media

Anouck Bronee : anouck.bronee@crisisaction.org ; +33 6 68 12 11 53