15 mars 2015

Vanuatu : de nombreuses communautés toujours isolées après le passage du cyclone Pam

« Les destructions au sein de la capitale sont énormes. Je n'ose même pas imaginer la situation dans les îles les plus éloignées », témoigne un membre du bureau de l'ONG CARE au Vanuatu.

L'association humanitaire CARE intervient en urgence au Vanuatu
« Nous sommes très inquiets de la situation dans les îles du Sud telles que Erromango, Tanna, Aniwa et Futuna qui ont été directement touchées par le cyclone. Nous n'avons pas encore une vision globale de l'ampleur des dégâts », déclare Charlie Damon du bureau de l'ONG CARE au Vanuatu.

85% des maisons de la capitale ont été endommagées, selon les premières évaluations. Beaucoup d'endroits n'ont plus d'électricité, dont l'hôpital principal qui a également été endommagé. L'aide médicale est une priorité.

La majorité de la population est hébergée dans des centres d'évacuation mais les conditions sanitaires sont précaires. CARE va distribuer des kits d'hygiène dans les centres d'évacuation de la capitale en début de semaine prochaine

« Les destructions au sein de la capitale sont énormes. Je n'ose même pas imaginer la situation dans les îles les plus éloignées. Nous allons envoyer une équipe dans la province de Tafea où nos équipes étaient présentes avant le cyclone et allons distribuer de l'eau et de la nourriture. Nous allons également fournir des abris », poursuit Charlie Damon.

CARE est la seule ONG travaillant dans l'île de Tafea où les besoins humanitaires seront très probablement très importants.

Malgré la destruction de nos locaux, les équipes de CARE mettent en place une réponse d'urgence et restent en alerte alors qu'un autre cyclone est en train de se former au nord de l'Australie et pourrait toucher le Vanuatu mercredi.

CARE travaille au Vanuatu depuis 2008 et aide les populations à renforcer leur résilience face au changement climatique et aux catastrophes naturelles.