03 avril 2015

Après une semaine de violents combats, la situation humanitaire déjà très précaire pourrait devenir une crise majeure, alerte l'ONG CARE.

Le nombre de civils tués, blessés et déplacés augmente rapidement alors les combats se multiplient dans le pays. L'accès aux personnes dans le besoin est limité, beaucoup de routes et de ponts étant bloqués. La fermeture de la plupart des ports et aéroports ainsi que la zone d'exclusion aérienne rendent pratiquement impossible tout approvisionnement d'urgence dans le pays.

Avant cette récente escalade de la violence, plus de 60% de la population était déjà dépendante de l'aide humanitaire et plus de 800 000 enfants de moins de cinq ans souffraient de malnutrition aiguë.

Depuis que le conflit s'est intensifié, de nombreuses infrastructures de base ne sont plus opérationnelles et les besoins humanitaires augmentent rapidement. Beaucoup d'hôpitaux ont été détruits et rendus inaccessibles. Le pays connaît une flambée des prix des denrées alimentaires, une pénurie de carburant et des coupures d'électricité.

« Le Yémen est l'un des pays les plus pauvres du Proche-Orient. Si les combats se poursuivent, les impacts sur les civils seront catastrophiques », avertit Daw Mohammed, directeur de CARE au Yémen. « La situation est particulièrement préoccupante au Sud. Le danger est omniprésent pour les populations civiles. Il est urgent de garantir au personnel humanitaire un accès sécurisé aux personnes dans le besoin afin de pouvoir dépêcher l'aide nécessaire. »

CARE appelle toutes les parties au conflit à ne pas prendre les civils pour cible, à permettre un accès sécurisé à l'aide humanitaire, ainsi qu'à parvenir rapidement à une solution politique pour éviter une crise humanitaire majeure.

Contact medias :

CARE France : Aldine Furio, 01 53 19 89 92/ 06 86 92 93 30