27 avril 2015

Le tremblement de terre qui a frappé le Népal samedi 25 avril a tué plus de 3700 personnes et fait 6500 blessés. Il a été suivi de cinquante répliques entre dimanche et lundi. L'aide humanitaire s'organise sur place et l'ONG CARE lance un appel aux dons pour aider les victimes, comme l'explique Grishma Raj Aryal. Témoignage. 

L'association CARE vient en aide aux victimes du séisme au Népal
2015 / CARE

" Un second tremblement de terre a frappé le Népal dimanche 26 avril dans l'après-midi. Tout le monde s'est mis à crier. Nous craignons tous qu'une secousse encore plus forte n'arrive.

"Tu m'avais promis..."

Mes nièces et neveux ne cessent de nous demander : "Est-ce qu'une autre secousse va se produire ? Allons-nous mourir ?" Nous leur répétons que tout va bien se passer. J'avais essayé de rassurer mon neveu Aarjan, âgé de 10 ans, en lui disant de ne pas s'inquiéter mais peu de temps après, une nouvelle secousse a eu lieu. Tous les enfants se sont mis à pleurer, et mon neveu m'a dit : "Tu m'avais promis que cela ne se reproduirait plus." Que puis-je répondre à cela ?

Les hôpitaux sont débordés. Mon cousin est docteur, il dit que la situation est très difficile. Il y a beaucoup de corps dans les hôpitaux. Des tentes sont installées à l'extérieur pour traiter les blessures.

La mousson va arriver dans un mois

Les gens commencent à rassembler des stocks de nourriture et d'eau. Les petites épiceries ont réouvert. L'approvisionnement en eau dépend de l'électricité, samedi nous n'avions pas d'électricité donc pas d'eau. Dimanche, nous avons pu collecter de l'eau dans des réservoirs près de notre maison.

Il fait froid mais nous dormons dehors. Nous sommes trop effrayés pour rester à l'intérieur. Durant la nuit de samedi à dimanche, personne n'a pu se reposer à cause des répliques. Nous essayons de chercher des endroits dégagés pour dormir car nous avons peur de rester près des maisons qui pourraient s'effondrer.

Nous portons nos manteaux et utilisons toutes nos couvertures pour nous protéger du froid. Les enfants se plaignent du froid mais aucun ne souhaite retourner dans les maisons. La mousson va arriver dans un mois. Cela va être très difficile si nous ne pouvons pas réparer nos maisons. "

L'ONG CARE, qui travaille au Népal depuis 1978, va rapidement fournir des kits d'urgence contenant des bâches, des couvertures, des bidons et des produits d'hygiène. CARE lance un appel aux dons de 37 millions d'euros pour apporter une aide d'urgence et de long terme aux victimes du séisme.