22 octobre 2015

Balkans : catastrophique dégradation de la situation humanitaire des réfugiés

La situation des réfugiés et migrants dans les Balkans se détériore rapidement. Le nombre d'arrivées ne cesse d'augmenter alors que le froid et la pluie frappent la région et que les frontières se ferment. CARE apporte une aide d'urgence aux réfugiés : distribution de nourriture et vêtements chauds, diffusion d'information et accès à de l'électricité pour recharger les téléphones portables.

L'association CARE aide les réfugiés dans les Balkans
Un groupe de réfugiés à la frontière entre la Serbie et la Croatie. © 2015 / CARE

Une catastrophe humanitaire

« J'ai travaillé en Somalie et au Yémen. J'ai vu quelques-unes des plus importantes crises humanitaires dans le monde. La situation à la frontière serbe est tout aussi dramatique. Les réfugiés ont peu de vêtements chauds avec eux, ils n'ont pas de quoi manger et boire. Beaucoup sont obligés de dormir dehors sans aucune protection contre le froid et la pluie. Les chemins sont boueux et les détritus s'accumulent. C'est scandaleux qu'une telle tragédie humanitaire ait lieu en Europe », déclare Iljitsj Wemerman, responsable des opérations d'urgence de CARE.

L'ONG CARE est très inquiète de l'arrivée de l'hiver dans la région et le risque de températures négatives alors que les réfugiés n'ont pas de quoi faire face au froid. Les besoins les plus urgents sont des couvertures et des vêtements chauds. Les réfugiés ont aussi besoin de chaussures. Beaucoup n'ont que des baskets usés ou des claquettes. Nos équipes ont rencontré une femme enceinte de 9 mois qui avait marché 6 km dans la boue, pieds nus, pour rejoindre un camp de réfugiés en Croatie.

5 000 à 6 000 réfugiés arrivent chaque jour en Serbie

Les gouvernements et les agences humanitaires n'ont pas les moyens de faire face à cet afflux.

« Beaucoup des réfugiés qui sont en Serbie et Croatie ont déjà traversé 5 ou 6 pays. Leurs périples ont duré des semaines voire des mois à pied, en car ou en bateau. Ils sont fatigués et très faibles physiquement. Nous avons constaté des infections respiratoires, des cas de diarrhées, d'hypothermie et de pneumonie. Il y a une réelle menace pour la vie de ces personnes », témoigne Lucy Beck de CARE.

« En septembre et octobre, les groupes de réfugiés étaient composés majoritairement d'hommes, il y a désormais un grand nombre de femmes et de très jeunes enfants. Ils sont très vulnérables. Le stress de l'exil est aggravé par l'incertitude des routes, le manque d'information sur les fermetures des frontières et sur l'emplacement de lieux de repos. Certaines familles sont séparées lors des passages des frontières. Nous avons rencontré des parents qui cherchaient leurs enfants », poursuit Luy Beck, actuellement à la frontière entre la Serbie et la Croatie.

CARE demande aux gouvernements de la région d'assurer la sécurité des réfugiés.

L'action de CARE

CARE travaille avec ses partenaires locaux pour assurer une aide 24h/24h aux nouveaux arrivés. Cela inclut la distribution de nourriture, d'eau, de produits d'hygiène (notamment pour les femmes et les bébés), de couvertures et vêtements.

Les réseaux sociaux et les téléphones étant le seul moyen pour les réfugiés de garder le contact avec leurs proches, CARE a aménagé un bus permettant aux réfugiés de recharger leur téléphone portable et d'accéder à internet.

Dans les prochaines semaines, CARE va également distribuer des abris.

Contacts médias :

Nos équipes dans les Balkans et à Paris (anglophones et francophones) sont disponibles pour toute demande d'interview. Lucy Beck peut notamment témoigner de la situation aux frontières serbo-croates.

Contactez Laury-Anne Bellessa, chargée des relations medias pour CARE France, +33 (0)1 53 19 89 92/ 06 24 61 85 37, bellessa@carefrance.org

A propos de CARE

Les réfugiés arrivant en Europe ne représentent qu'une faible partie des personnes affectées par la guerre en Syrie. La grande majorité des populations syriennes sont en Syrie et dans les pays voisins : Turquie, Liban ou Jordanie. Le manque de financements internationaux ne permet pas aux ONG de soutenir toutes les populations dans le besoin.

  • Depuis le début du conflit syrien, CARE agit en Syrie et dans les pays du Moyen-Orient accueillant les réfugiés syriens. CARE a déjà fourni une aide humanitaire à plus d'1 million de personnes : population déplacées en Syrie, réfugiés syriens et communautés hôtes.
  • Dans les Balkans, CARE et ses partenaires ont déjà aidé plus de 7 000 personnes en Serbie et en Croatie, par la distribution de colis contenant nourriture, eau et produits d'hygiène.