08 décembre 2015

COP21 : analyse des négociations du 8 décembre par les expertes de CARE (jour 8)

Les expertes de l’ONG CARE France commentent cette nouvelle journée des négociations entre ministres. Au programme : droits humains ? Vous avez dit droits humains ? ; les pertes et dommages : les pays dévoilent officiellement leur ligne rouge ; limitation du réchauffement climatique : nous sommes à 20 mois du point de non-retour.

Les experts de l'association CARE France suivent les négociations de la COP21 au Bourget

Droits humains ? Vous avez dit droits humains ?

Par Fanny Petitbon, responsable Plaidoyer

La question de la place des droits humains dans l’accord reste floue à moins de 15h de la sortie de la première version officielle du texte. Rien n’a encore été annoncé concernant le processus de discussion de l’article 2, qui définit l’objectif de l’accord. L’enjeu est de confirmer, dans cet article, la mention du respect des droits humains, de l’égalité de genre et la pleine et entière participation des femmes, de la sécurité alimentaire, de la transition juste et le travail décent, de la résilience et l’intégrité des écosystèmes, de l’équité entre générations, des droits des peuples autochtones.

Quand les ministres pensent-ils avoir le temps de négocier cet article ? Plus les discussions tardent, plus il y a de risques que la question soit éludée et cette mention retirée.

Les discussions sur le préambule ont débuté ce soir. Si la mention des droits humains est confirmée dans ce texte, nous craignons que les Etats se contentent de cette seule référence. Or, la portée de l’article 2 est plus forte. Chapeau de la partie opérationnelle de l’accord, son contenu s'applique aux articles suivants, dont celui sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et celui sur l’adaptation.

Lors d’un entretien avec L.Fabius cet après-midi, les ONG internationales ont de nouveau demandé à la présidence française de créer un espace de dialogue sur l’article 2. Nous le rappelons, le temps nous est compté.

Les Etats ne peuvent pas se contenter d’une approche purement environnementaliste. Ils doivent garantir que les actions de protection de l’environnement n’aient pas de conséquences négatives sur les populations. Aujourd’hui, nous observons des déplacements forcés provoqués par la construction de certains barrages hydroélectriques. La mise en place de forêts protégées peut aussi priver certaines populations de leur accès à des ressources en eau ou nourriture. A l’ouverture de la COP, le président Hollande avait appelé les Etats à agir au nom de la justice climatique. La base serait que toute action de lutte contre le changement climatique respecte les droits humains.

Les pertes et dommages : les pays dévoilent officiellement leur ligne rouge

Par Aurélie Ceinos, responsable Climat     

Aujourd’hui, les Etats-Unis, le Canada, la Suisse, la Nouvelle-Zélande, la Norvège et l’Union européenne ont annoncé clairement qu’ils ne voulaient pas de mention de « compensation » ou « responsabilité » dans l’article sur les pertes et dommages. Certains souhaitent même aller plus loin en supprimant les références implicites à ces notions ou en demandant une exclusion explicite des compensations. C’est pourtant une des lignes rouges des pays en développement. Tout l’enjeu des prochaines heures sera donc de trouver un compromis.

Les Etats développés craignent les obligations juridiques et financières qu'entraînerait la reconnaissance des pertes et dommages. Ils ne veulent pas aboutir à un accord qui équivaudrait à signer un chèque en blanc pour compenser les dégâts causés par les catastrophes climatiques.

Un autre risque serait que la partie sur les pertes et dommages soit finalement intégrée dans l’article sur l’adaptation. Le Bangladesh et la Chine se sont aujourd’hui clairement opposés à cette option qui minimiserait la portée de cette question. Les Etats doivent reconnaître que les pertes et dommages sont un des piliers de la lutte contre le changement climatique. Mitigation, adaptation, pertes et dommages font partie de la même équation.

Limitation du réchauffement climatique : nous sommes à 20 mois du point de non-retour

Par Aurélie Ceinos, responsable Climat 

Malgré la pression conjointe des pays les plus vulnérables et de la société civile, cette journée ne nous a apporté aucune assurance sur la possibilité d’atteindre un consensus sur une limitation du réchauffement climatique à 1,5°C. Un groupe de pays bloque toujours l’avancée des discussions.

Cette limite doit être acceptée dès demain pour s'attaquer au fond du problème : les moyens pour limiter le réchauffement climatique. Le mécanisme de revue des contributions à la hausse tous les 5 ans, qui démarrerait avant 2020, n’a toujours pas été confirmé. Faut-il rappeler encore une fois aux pays que nous ne pouvons pas rester sous les 1,5°C sans sortir des énergies fossiles d'ici 2050 ? 

Alors que nous nous rapprochons de la fin des négociations, l’ambition annoncée par les Chefs d’Etats à l’ouverture de la COP peine à se concrétiser.

Les Etats doivent s’engager dès maintenant pour limiter les impacts des dérèglements climatiques. A Copenhague, les scientifiques déterminaient un point de non-retour entre 2017 et 2020. Nous sommes désormais à 80 mois des 100 qu’ils avaient annoncés comme échéance pour réduire drastiquement les émissions mondiales. Les Etats ont eu 6 ans pour se préparer. Il faut maintenant agir.

Contact médias :

Nos équipes (francophones et anglophones venant notamment de France, d'Allemagne, des Etats-Unis, du Niger ou Vietnam), présentes au Bourget, sont disponibles pour toute demande d’interview. 

Contactez Laury-Anne Bellessa (également au Bourget), chargée des relations medias, 

06 24 61 85 37, bellessa@carefrance.org

Pour suivre les réactions de nos experts :

A propos de CARE :

CARE est un réseau humanitaire international crée il y 70 ans. CARE s'attaque aux causes profondes de l'extrême pauvreté et aux conséquences du changement climatique, dans des situations d'urgence ou de développement à long terme. En 2014, CARE était présent dans 90 pays.

  • CARE soutient les populations affectées par des chocs climatiques ponctuels (tempêtes, inondations) ou de long terme (variabilité des saisons et des précipitations).
  • CARE met également en place des programmes d'adaptation : soutien agricole aux communautés péruviennes qui souffrent de la disparition des glaciers ; mise en place de réseaux d'accès à l'eau en Inde ; projets de plantation de mangroves et de restauration de systèmes de défense côtiers dans certaines régions d'Indonésie, de Thaïlande et du Vietnam.
  • CARE participe aux négociations internationales sur le climat.