12 décembre 2015

Réaction de Philippe Lévêque, directeur de l’ONG CARE France :

"Après quelques heures d’attente très tendues, nous saluons cet accord qui marque un tournant dans la lutte contre le changement climatique. Pour la première fois, les 196 Parties réunies autour de la table envoient un message fort : nous sommes tous affectés par le changement climatique et devons tous nous engager. 

Cependant, cet accord ne sauvera pas le climat !

Si nous saluons l’objectif de limitation du réchauffement climatique à bien en dessous de 2°C - et si possible 1,5°C - ainsi que le signal vers la fin de l’ère des énergies fossiles, nous regrettons qu’aucune feuille de route claire n’ait été établie pour y arriver. Si les Etats veulent être sérieux vis-à-vis de l’objectif de 1,5°C, ils doivent revoir au plus vite leurs copies en termes de réduction des émissions, qui nous laissent sur une trajectoire de 3°C. 

Le challenge, c’est ce qui va se passer entre demain matin et 2020.

Les demandes des pays en développement apparaissent dans le texte (tels que les pertes et dommages) mais l’accord n’est pas à la hauteur des besoins des populations les plus vulnérables. Les engagements en termes de financement pour l’adaptation sont loin d’être suffisants et l’accord ne contraint pas les pays à adopter de manière systématique une approche respectueuse des droits humains dans toute action de lutte contre le changement climatique."

Contact médias :

Nos équipes, présentes au Bourget, sont disponibles pour toute demande d’interview.

Contactez Laury-Anne Bellessa (également au Bourget), chargée des relations medias, 06 24 61 85 37,bellessa@carefrance.org