20 avril 2016

Népal : un an après les séismes, nos équipes témoignent

En avril et mai 2015, deux puissants séismes ont affecté 8 millions de personnes au Népal. Les équipes locales de CARE sont intervenues en urgence. Un an après, Margaux Saillard, de l’équipe CARE France, s’est rendue sur place pour évaluer la situation. Il reste encore beaucoup à faire pour reconstruire l'ensemble des zones affectées.

L'association CARE soutient les populations affectées par les séismes au Népal
Margaux a rencontré les communautés soutenues par CARE lors d'une récente mission au Népal

Un après les séismes, quelle est la situation ?

Les deux séismes, et les 350 répliques qui ont suivi, ont dévasté des régions entières. Plus d’un million d’habitations ont été endommagées ou détruites.

4 millions de personnes vivent toujours dans des abris de fortune. Dans de nombreux endroits, les maisons détruites n’ont pas encore été démontées. C’est une étape importante car beaucoup de matériaux seront réutilisés par les familles les plus pauvres.

Des dizaines de milliers de personnes vivent encore sans accès à des installations sanitaires ou à de l’eau potable. Certaines sources d’eau ont été complètement taries par les tremblements de terre. Cela pose un vrai défi en termes de reconstruction et impacte directement les femmes et les filles qui sont traditionnellement responsables de la collecte d’eau. Elles doivent aujourd’hui marcher de longues distances dans des régions montagneuses.

Quels sont les besoins principaux ?

Un an après les séismes, il reste énormément à faire dans tous les domaines. La reconstruction vient à peine de débuter. Certains villages doivent encore repenser à réaménager leur organisation car certaines zones sont vulnérables aux glissements de terrain.

Cela va prendre du temps. On sait qu’après une catastrophe de cette ampleur, il faut compter entre 3 et 7 ans pour reconstruire un pays, que ce soit en termes d’infrastructures (habitations, accès à l’eau, installations sanitaires) ou pour relancer l’économie et les moyens de subsistance des populations.

Près de 90% des maisons de son district ont été endommagées ou totalement détruites.

Comment travaillent CARE et les ONG sur place ?

Il est essentiel que les actions des ONG en réponse à ce type de catastrophe soient supervisées par le gouvernement local. Depuis janvier 2016, une agence nationale népalaise, la Nepal Reconstruction Agency (NRA), décide des orientations stratégiques de la reconstruction et supervise l’action des ONG. La coordination entre les ONG fonctionne bien, notamment en termes de répartition des actions et des zones affectées.

Mais la reconstruction est un processus qui prend du temps. Sur le volet des abris par exemple, le gouvernement vient de débuter l’enregistrement des familles dont la maison a été sévèrement endommagée par les séismes afin de leur apporter une aide financière. De nombreuses familles attendent cette somme de 2 000 dollars pour commencer à reconstruire leur habitation. C’est une aide essentielle même si nous savons que cela ne suffira pas. Les familles rencontrées, lors de ma mission, m’ont confiée qu’elles avaient besoin de 5 à 10 000 dollars pour rebâtir leur maison.

Actualisation du 27/04

Le gouvernement népalais vient de donner son accord pour que les ONG sur place apportent un complément matériel et financier à l'aide de 2 000 dollars qui sera distribuée par leurs agents.

Quels sont les principaux défis ?

Les principaux défis sont logistiques. Ces six derniers mois, l’action des humanitaires a été limitée par les tensions politiques internes et la crise du fuel qui a compliqué le transport de matériels.

La situation s’est apaisée mais l’acheminement de l’aide est toujours difficile. Le Népal est un pays montagneux. Ces douze derniers mois, nous avons organisé 2 187 convois d’aide en camions, mais aussi utilisé 172 mules et 22 porteurs afin d’acheminer de l’aide dans les villages les plus reculés et non accessibles par la route.

L’autre défi est lié aux conditions métrologiques. La période favorable pour la reconstruction des habitations et des infrastructures est très courte. Elle se concentre sur seulement cinq mois : entre mars et mai puis en septembre et octobre. En effet, il est quasiment impossible d’effectuer des travaux importants durant la mousson (la saison des pluies) et l’hiver qui est très rigoureux.

Quelle est l’action de CARE sur le terrain ?

CARE a soutenu plus de 122 650 personnes dans quatre des régions les plus affectées : Gorkha, Dhading, Sindhupalchowk et Lamjung.

Nous avons mis en place une réponse d’urgence juste après les séismes :

  • distributions alimentaires,
  • distributions d’abris d’urgence et de biens de première nécessité tels que des couvertures et des ustensiles de cuisine,
  • distributions de kits d’hygiène pour éviter l’apparition de maladies,
  • mise en place de cliniques temporaires et/ou mobiles, soutien à des centres de santé pour faciliter un accès aux soins materno-infantiles. Après le séisme, 126 000 femmes enceintes avaient besoin d’un suivi médical.
L'association CARE soutient les populations affectées par les séismes au Népal
CARE forme des professionnels et des familles aux méthodes de reconstruction parasismique.

Nous participons désormais à la reconstruction du pays :