23 mai 2016

Malawi : Esther, 75 ans, l’une des 14 millions de victimes d’El Niño

Au Malawi, le phénomène climatique El Niño, couplé aux impacts du changement climatique, a provoqué une forte sécheresse : 14 millions de personnes sont affectées par la destruction des cultures agricoles. À 75 ans, Esther fait partie des personnes les plus vulnérables soutenues par les équipes de CARE. Elle fait face à de nombreuses difficultés pour nourrir ses trois petits-enfants qu’elle élève seule.

Le Malawi subit de plein fouet les impacts d’El Niño

L'association CARE apporte une aide humanitaire aux victimes d'El Nino
Des Malawites patientant pour recevoir une aide alimentaire dans le district de Ncheu, l’un des plus affectés par El Niño.

14 millions de Malawites sont affectés par les impacts de deux saisons consécutives de sécheresse : un chiffre multiplié par cinq en un an. Parmi ces personnes, 2,86 millions souffrent de la faim et ont besoin d’une assistance humanitaire. Devant cette situation sans précédent, le président du Malawi a déclaré l’état d’urgence au niveau national.

CARE aide les personnes les plus vulnérables en distribuant des denrées alimentaires.

L'association CARE apporte une aide humanitaire aux victimes d'El Nino
Esther Peter, 75 ans, élève seule ses trois petits-enfants.

Âgée de 75 ans, Esther Peter élève seule ses 3 petits-enfants qui sont orphelins. Du fait des impacts de la sécheresse, elle dépend de l’aide des ONG, telles que CARE, afin de pouvoir nourrir sa famille.

« J’ai vécu beaucoup de choses mais c’est la première fois que je vois ce type de climat », raconte-t-elle.

Esther reçoit mensuellement des rations de maïs, de haricots, de légumineuses et d’huile.

La mobilisation des ONG ne suffit pas, faute de financements

L'association CARE apporte une aide humanitaire aux victimes d'El Nino
Le maïs est l’un des aliments de base de la cuisine malawite.

Le manque de financements humanitaires ne permet pas d’aider l’ensemble des personnes affectées. Ainsi, ce sont les communautés elles-mêmes qui ont identifié les personnes les plus vulnérables, celles qui ont le plus besoin d’aide alimentaire.

Les rations distribuées sont également limitées. Certaines familles sont obligées de réduire le nombre de leurs repas quotidiens et doivent chercher d’autres sources de subsistance.

Pour Esther, c’est une source de préoccupation incessante :

« Je ne sais pas ce que je vais faire quand l’aide alimentaire s’arrêtera. À mon âge, je n’ai pas la force de travailler la terre pour nourrir ma famille. Nous ne faisons que deux repas par jour. »

L’entraide, un élément essentiel pour survivre

L'association CARE aide les victimes d'El Nino
Les vents violents causés par El Niño sont à l’origine de la destruction de nombreuses maisons dans la région.

En février dernier, la maison de Esther a été détruite par des vents violents. Le toit a été emporté alors que la famille dormait. Esther et ses trois petits-enfants ont passé les trois nuits suivantes dans le hangar de stockage de leur voisin. Ce dernier les a ensuite invités à partager sa maison.

« Ma maison est dans cet état depuis quatre mois. Je ne sais pas comment la reconstruire et mes petits-enfants sont trop jeunes pour s’occuper seuls de ce travail », se désole Esther.

Les équipes de CARE sont mobilisées pour lutter contre les impacts d’El Niño

El Niño est un phénomène météorologique provoquant sécheresses, tempêtes et inondations. L'épisode 2015-2016 est l'un des plus violents jamais connus et a déjà affecté 60 millions de personnes à travers le monde.

CARE est présente dans plusieurs pays afin de soutenir les populations affectées par El Niño. En Afrique australe, par exemple, nous travaillons au Zimbabwe, à Madagascar et au Mozambique. Au Malawi, nous avons déjà soutenu plus de 167 485 personnes par le biais de distributions de nourriture et d’une assistance financière.

En savoir plus sur l'action de CARE contre les impacts d'El Nino