12 juillet 2016

Malgré l’annonce d’un cessez-le-feu hier soir, les équipes de CARE craignent que la nouvelle flambée de violence survenue le week-end dernier n’accentue la crise alimentaire. Un récent rapport de l’IPC (Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire) estimait à 4, 8 millions le nombre de personnes souffrant de la faim extrême au Soudan du Sud et notait un risque élevé de famine dans l’État d’Unité.

« Le calme est revenu ce matin à Juba après l’annonce par le Président, la nuit dernière, du cessez-le-feu. Cependant, CARE craint que le conflit ne s’étende maintenant aux régions jusque-là plus préservées, notamment la grande région de l’Équatoria, qui constitue la ceinture verte du pays. Ce qui aggraverait la crise alimentaire déjà terrible qui touche des milliers de personnes, » a déclaré Fred Mc Cray, directeur du bureau CARE au Soudan du Sud.

La crise alimentaire est essentiellement due à l’économie en ruine qui a provoqué la chute de la production et une augmentation de 300 % des prix des denrées de base tels que la farine ou le sorgho. Actuellement, une personne sur trois est en situation d’insécurité alimentaire grave.

Fred Mc Cray ajoute : « Le peuple du Soudan du Sud a déjà traversé tant de guerres et souffre depuis tant d’années. Cette récente flambée de violence arrive au moment où la crise alimentaire atteint un niveau alarmant. Les fermiers continuent à être chassés de leurs terres à cause de l’insécurité et l’économie s’effondre. Avec ce regain de violence, les gens s’apprêtent à traverser une nouvelle période de turbulences. »

Contact :

Nos équipes sont disponibles pour tout commentaire.

Contactez Yaëlle Szwarcensztein, responsable de la communication, szwarcensztein@carefrance.org, 01 53 19 87 61

L'action de CARE :

CARE intervient au Soudan du Sud depuis 1993. Son action la plus récente a concerné les domaines suivants : santé, nutrition, sécurité alimentaire et moyens de subsistance, prévention concernant le maintien de la paix et contre les violences basées sur le genre, à travers 4 États dont les plus atteints par le conflit. CARE travaille régulièrement dans les États du Nil Supérieur, d’Unité, du Jonglei et de l’Équatoria-Oriental. Depuis le début de la crise en 2013, CARE a porté assistance à plus de 300 000 personnes dans ces quatre États. L’équipe de CARE compte environ 217 personnes dont la majorité est originaire du Soudan du Sud.