26 juillet 2016

Syrie : malgré les promesses de la communauté internationale, près de 400 000 civils privés d’aide à Alep et à Manjib

Plus de 300 000 personnes à Alep et environ 60 000 dans la région de Manbij en Syrie sont privées d’aide humanitaire depuis trois semaines. Et ce, malgré l’engagement pris il y a six mois par le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), de garantir un accès humanitaire à l’ensemble du pays.

24 ONG travaillant en Syrie interpellent le GISS actuellement réuni à Genève sur la situation humanitaire qui se détériore extrêmement rapidement. L’avancée de la ligne de front du côté de Manjib a privé des milliers de civils de l’aide humanitaire et les a forcés à fuir leur foyer. Cinq établissements médicaux ont été bombardés à Alep. La dernière route qui permettait le ravitaillement de la zone de la ville sous contrôle de l’opposition, le long de la route du Castello, a été coupée par l’armée syrienne le 7 juillet dernier, empêchant toute entrée de personnel ou acheminement de matériel. La nourriture devrait manquer d’ici quelques semaines. Un entrepôt de nourriture a également été ciblé, provoquant la destruction de 10 000 colis alimentaires. Le très bas niveau des réserves de carburant – essentielles pour alimenter les centres médicaux et les pompes à eau – est particulièrement préoccupant.

 « Que ce soit à Manbij, Alep, Idleb, Daraya ou dans le reste du pays, les Syriens subissent déjà la faim et la détérioration des soins médicaux. Les produits vont rapidement manquer et les femmes, les enfants et les hommes vont souffrir de plus en plus si les parties au conflit continuent de bloquer l’acheminement de l'aide humanitaire. Ces mêmes acteurs commettent davantage de violences chaque jour », explique Sonya Khush, la directrice du bureau local de Save the Children.

Suite aux avancées réalisées par le gouvernement syrien et ses alliés le 11 juillet dernier vers la ville de Daraya, 4 000 civils sont privés d’eau et d’accès aux terres agricoles. Assiégée par le gouvernement syrien depuis plus de quatre ans, Daraya a vu sa population survivre avec une production agricole largement en dessous de ses besoins.

 « La population est désormais privée de sa seule source constante de nourriture », explique Yarub Al-Shiraida, le directeur de l’ONG Syria Relief. « De plus en plus de personnes montrent des signes de malnutrition aiguë : la situation menace de se transformer en une nouvelle Madaya » – dont le siège avait provoqué la mort de 86 personnes en décembre dernier, due à la faim.

À Idleb, les frappes aériennes ont augmenté de façon spectaculaire ces deux dernières semaines, détruisant maisons et infrastructures civiles et forçant environ 3 500 familles à fuir dans les districts voisins.

Depuis la création du GISS, les Nations unies ont pu pénétrer dans toutes les zones assiégées ou reçu l’autorisation de le faire. Mais le 11 février, le GISS a déclaré que l’accès aux zones assiégées était seulement « la première étape avant un accès complet, durable et sans entrave à l’ensemble du pays ».

 « Nous rappelons à tous les gouvernements impliqués – en particulier aux États-Unis et à la Russie en tant que co-présidents du GISS qui se réunit aujourd’hui à Genève – leur responsabilité de garantir la mise en œuvre immédiate de la résolution 2258 du Conseil de sécurité des Nations unies, appelant à l’acheminement de l’aide humanitaire dans toute la Syrie, sans aucune restriction », déclare Frances Guy, responsable du Moyen-Orient pour l’ONG Christian Aid. « Il est impératif que cessent les hostilités afin de fournir l’aide humanitaire à ceux qui en ont besoin. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit tenir toutes les parties au conflit responsables des infractions au droit international et s’assurer que tout auteur de crimes de guerre et autres violations sérieuses soit poursuivi, afin de mettre fin à la culture de l’impunité. Il est également essentiel que tous les pays accordent l’asile à tous ceux qui fuient la violence en Syrie. »

Les ONG signataires :

BINAA (Binaa Organization for Development), CARE International, Caritas Switzerland, Christian Aid , Finn Church Aid, Global Communities, Ihsan, iMMAP, International Rescue Committee, ISWA (International Supporting Women Association), Maram Foundation, Mercy Corps, Khayr, Norwegian Refugee Council, Oxfam, People in Need, Save the Children, SEMA (Syrian Expatriate Medical Association), SOLIDARITES INTERNATIONAL, Syria Relief, Syria Relief and Development, WATAN, Welthungerhilfe (WHH), World Vision

Contacts

- Save the Children : Alun McDonald, responsable régional médias - alun.mcdonald@savethechildren.org - +962- 791799287

- NGO Forum (northern Syria) : Erin Weir, conseiller plaidoyer, erin.weir@ncimu.org - +90-5355454566

- Oxfam : Joelle Bassoul, responsable médias pour la Syrie - jbassoul@oxfam.org.uk - +961-71525218

- CARE France : Yaëlle Szwarcensztein, responsable communication - szwarcensztein@carefrance.org - 01 53 19 87 61