16 septembre 2016

Sommets pour les réfugiés et les migrants : CARE interpelle les États

Le Sommet des Nations unies sur les réfugiés et les migrants, de même que le Sommet organisé par Barack Obama sur le même sujet, auront lieu à New York le lundi 19 septembre et mardi 20 septembre. CARE sera présente à ces événements en tant qu'observateur de la société civile. Découvrez nos analyses et nos demandes : 

Réaction sur le Sommet du 20/09

Si le sommet sur les réfugiés organisé lundi par l’ONU n’a débouché que sur une simple déclaration d’intention, des promesses concrètes ont été faites hier lors d’une réunion organisée par le président américain. Un signal positif mais toujours insuffisant.

Réaction de nos experts sur le texte adopté le 19/09

Les 193 pays membres de l’ONU ont adopté un texte sur la crise migratoire. « Il ne s’agit que d’une simple déclaration politique sans engagement concret, ni objectif chiffré », déplore CARE. Voici l’analyse de Fanny Petitbon, responsable plaidoyer de CARE France, en cinq questions. 

CARE demande aux États d'assumer leurs responsabilités.

Il faut :

  • Assurer la protection de toutes les personnes qui fuient des conflits ou persécutions, mettre en place des routes migratoires sûres.
  • Respecter le droit d’asile et en faciliter les procédures, permettre la réinstallation des réfugiés et le regroupement familial.
  • Favoriser l’intégration des réfugiés et migrants, l’accès aux services de base (notamment en termes d’éducation) et à des travails décents.
  • Soutenir les personnes déplacées et les communautés hôtes dans les pays d’accueil, notamment via des financements humanitaires.
  • S’impliquer diplomatiquement pour mettre fin aux conflits en Syrie, en Irak et partout ailleurs.

CARE alerte sur la vulnérabilité des femmes réfugiées

Un nouveau rapport

Les réfugiées syriennes toujours plus vulnérables au Moyen-Orient et en Europe. Un nombre croissant de réfugiées syriennes sont désormais seuls soutiens de leur famille lors de leur exil dans les pays du Moyen-Orient ou de leur fuite vers l’Europe. 95% d’entre elles dénoncent un stress supplémentaire et 60% se sentent plus vulnérables aux violences, abus et harcèlements. En amont des Sommets internationaux sur les réfugiés (19 et 20 septembre), l’ONG CARE publie le rapport « On her own » décrivant les dangers auxquels sont confrontées les réfugiées syriennes et demande à la communauté internationale de les protéger.

Une déclaration conjointe

42 organisations de défense des droits humains et humanitaires demandent à la communauté internationale d'assurer la protection et la sécurité des femmes et des filles réfugiées. 

Contact médias :

Nos porte-paroles à New York et Paris sont disponibles pour tout commentaire. Contactez Laury-Anne Bellessa, chargée des relations médias chez CARE France, bellessa@carefrance.org, 07 86 00 42 75