17 janvier 2017

L’ONG CARE publie aujourd'hui un nouveau rapport attirant l’attention sur les dix crises humanitaires les moins relayées en 2016. CARE dénonce également le manque d’action des hommes politiques : ces crises humanitaires ne sont pas simplement oubliées, elles sont délibérément ignorées et négligées.

CARE vient de publier un nouveau rapport attirant l’attention sur les dix crises humanitaires qui ont été le moins relayées en 2016 : par exemple, la crise alimentaire en Érythrée - qui affecte plus de 2 millions de personnes - fut la moins citée dans les médias, ne faisant l’objet que de 91 articles parmi 250 000 sources analysées. De même ont été éclipsés : les crises alimentaires à Madagascar, en Corée du Nord et en Papouasie-Nouvelle-Guinée ; les conflits au Burundi, dans la région du bassin du lac Tchad, en République démocratique du Congo, en République centrafricaine et au Soudan ; les inondations liées à la mousson au Bangladesh.

« Beaucoup de catastrophes sont très peu relayées », explique Wolfgang Jamann, secrétaire général de l’ONG CARE. « Or, beaucoup d’hommes politiques concentrent leur attention sur les urgences les plus visibles dans les médias, afin de montrer à leurs électeurs qu'ils agissent. Ces crises humanitaires ne sont pas "oubliées" : elles sont délibérément ignorées et négligées. »

L'attention des médias influence également la levée de fonds nécessaires pour répondre aux urgences. Être informé invite à s'engager et à faire un don, c’est « l'effet CNN ». L’enjeu est d’autant plus important que, cette année, l'ONU a lancé un appel record de 22,2 milliards de dollars pour aider plus de 92 millions de personnes qui ont besoin d’une aide d’urgence.

Les équipes de CARE sont présentes dans la plupart des pays cités. Ainsi, nos équipes tentent d’alerter la communauté internationale depuis des mois sur le fait que la crise alimentaire en Afrique australe s’aggrave de jour en jour. Or, en 2016, seuls 243 articles mentionnent les impacts d’El Nino à Madagascar et le sort des 1,5 million de personnes qui dépendent désormais d’une aide d’urgence pour survivre.

« Chaque jour, des familles vivent dans la peur et le désespoir car elles sont affectées par de graves crises humanitaires. Ces gens méritent que leurs histoires soient racontées et de recevoir une aide », dit Philippe Guiton, directeur des opérations humanitaires de l’ONG CARE.

Note aux rédacteurs :

Le rapport « Suffering in silence: The 10 most under-reported humanitarian crises of 2016 » (en anglais) peut être téléchargé ici.

CARE a analysé les mentions médiatiques de plus de 30 catastrophes naturelles et conflits en cours, qui ont affecté au moins un million de personnes. En collaboration avec les services de veille médiatique Meltwater Group, nous avons analysé plus de 250 000 sources en ligne en anglais, français et allemand.

Contacts médias

Nos équipes sont disponibles pour tout commentaire.

Contactez Laury-Anne Bellessa, responsable des relations médias chez CARE France, bellessa@carefrance.org, 07 86 00 42 75