01 mars 2017

Jordanie : les épreuves de l’hiver pour les réfugiés syriens

Hafetha et sa famille font partie des 655 000 Syriens réfugiés en Jordanie. Alors qu’elle souffre de problèmes de santé, Hafetha affronte un nouvel hiver dans un appartement humide. CARE lui apporte un soutien financier pour faire face au froid.

« Quand elle a froid, elle vomit du sang »

« L’hiver est très difficile pour ma mère. Elle est malade et quand elle a froid, elle vomit du sang. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour chauffer l’appartement. »

Talal vit dans un deux-pièces avec sa mère et ses quatre frères et sœurs. Leur appartement est modeste et humide. Ils ne possèdent aucun meuble, seuls quelques matelas sont posés à même le sol. À 18 ans, Talal travaille tous les jours dans un restaurant pour faire vivre sa famille. C’est une lourde responsabilité pour ce jeune homme. 

CARE soutient les réfugiés syriens en Jordanie
Talal et sa mère, Hafetha, dans leur appartement © 2016 / CARE

« Mon mari est toujours en Syrie. Il a refusé de quitter le pays sans notre fils aîné emprisonné à cause de la guerre », explique Hafetha, la mère de Talal. « Mais nous ne pouvions pas rester à cause des bombardements. Il y a avait du sang et des corps partout dans la rue. On a fui dans un autre village mais la situation y était tout aussi grave, nous avons donc quitté le pays. »

Aujourd’hui, cette famille n’a plus aucune nouvelle de ceux qu’ils ont laissés à Homs, en Syrie. Talal est en charge de prendre soin des siens. Il gagne 338€ par mois, trop peu pour subvenir aux besoins d’une famille de six personnes et arriver à payer leur loyer de 270€

Les aides qu’ils reçoivent ne suffisent pas à faire vivre cette famille de 6 personnes

« Quand nous sommes arrivés en Jordanie, il y a deux ans, nous avons été installés dans le camp de Zatari. Nous n’y sommes restés que quelques semaines car les conditions de vie y étaient trop précaires. L’état de santé de ma mère se dégradait rapidement », se souvient Talal.

Hafetha subit une maladie du foie et des problèmes à l’estomac qui la font souffrir. Pour la soulager, sa famille a trouvé cet appartement dans la ville de Mafraq. Les aides mensuelles qu’ils reçoivent ne suffisent pas à compléter le salaire d’une seule personne : ils ne reçoivent que 67€ du Programme Alimentaire Mondial et une aide médicale de 27€.

« Quand nous sommes arrivés en Jordanie, nous avions quelques économies mais aujourd’hui la seule chose que nous avons, ce sont des dettes : 675€ de dettes. Les aides que nous recevons ne suffisent pas pour nous permettre de vivre sans stress et en bonne santé », se désespère Talal.

« Je regrette ma vie passée »

CARE les soutient depuis deux ans. Cette année, nous avons pu leur apporter une aide financière de 270€. Avec cet argent, cette famille peut se préparer à faire face à l’hiver et à couvrir ses besoins les plus urgents, comme les soins de santé de Hafetha. Mais sa famille s’inquiète également de son état psychologique.

CARE soutient les réfugiés en Jordanie
Hafetha souffre d'une maladie du foie et de problèmes à l’estomac © 2016 / CARE

« Je regrette ma vie passée. En Syrie, on vivait comme des rois. Mon pays est la seule chose à quoi je pense quand je pose ma tête sur cet oreiller. Aujourd’hui, tout ce que je veux, c’est être enterrée en Syrie quand je serai morte », murmure-t-elle le regard baissé.

« En fait, on voudrait retrouver une vie normale »

Hafetha soupire quand elle entend parler ses enfants de leur absence de perspectives pour le futur.

« Avant, nous pouvions penser au futur mais plus maintenant. Aujourd’hui, seul le quotidien nous préoccupe », explique Talal.

CARE soutient les réfugiés syriens en Jordanie
© 2016 / CARE

Ghalia, l’aînée des filles, elle, continue d’espérer qu’elle pourra retourner à l’école. À 14 ans, elle est seule à prendre soin de sa mère toute la journée.

« En fait, on voudrait retrouver une vie normale. Ce que nous souhaitons aujourd’hui, c’est de pouvoir être accueillis dans un autre pays pour pouvoir aller à l’école, travailler, vivre décemment », explique Talal. Il poursuit : « Mais notre rêve le plus cher, c’est que la guerre prenne fin et que nous puissions rentrer chez nous en Syrie. »

CARE aide  les populations syriennes

CARE et ses partenaires ont fourni une aide humanitaire à plus d'2,5 millions de personnes en Syrie et dans les pays voisins.