22 juin 2017

Au Soudan du Sud, la famine déclarée il y a quatre mois est officiellement terminée, selon les agences onusiennes. Pourtant, plus de la moitié de la population souffre toujours de la faim. La mobilisation doit se poursuivre, alertent nos équipes sur le terrain. 

L'association humanitaire CARE aide les populations victimes de la faim
CARE

Le nombre de personnes souffrant de faim extrême continue d’augmenter.

La fin de l’état de famine ne marque pas la fin de la crise alimentaire. Au Soudan du Sud, le nombre de personnes souffrant de faim extrême continue d’augmenter : elles étaient 4,9 millions en début d’année et seront 6 millions cet été. Ces populations ont besoin d’une aide de toute urgence, rappellent nos équipes sur place. 

« Dans l’État d’Unité, des populations déplacées retournent chez elles, mais elles ne trouvent que des maisons brûlées et des champs à l’abandon. Beaucoup de familles se nourrissent de nénuphars et boivent l’eau des marais », témoigne Valentina Mirza, directrice adjointe de notre bureau au Soudan du Sud.

Les populations ont difficilement accès à l’aide humanitaire.

Les humanitaires, présents au Soudan du Sud, demandent un accès à toutes les zones affectées par le conflit et l’insécurité alimentaire.

 « La crise alimentaire se propage dans de nouvelles régions où des combats éclatent. Les populations ont alors difficilement accès à l’aide humanitaire. Nos équipes ont récemment aidé une femme qui a dû marcher pendant sept jours pour trouver de quoi nourrir sa famille. Après trois de guerre, la situation humanitaire est toujours critique », alerte Valentina Mirza.

CARE a déjà aidé 350 000 personnes au Soudan du Sud

CARE intervient dans les régions composant désormais le Soudan du Sud depuis 1993. Nos équipes apportent une aide en termes d'accès à la santé, de sécurité alimentaire et nutrition. Nous soutenons également le développement des moyens de subsistance des populations.