09 novembre 2017

Les Stories du bout du monde : découvrez le quotidien de Mi Aye Myint en Thaïlande

Mi Aye Myint, 40 ans, a fui la pauvreté et les discriminations au Myanmar et vit désormais en Thaïlande. Séropositive, elle est soutenue par les équipes de CARE. Découvrez son quotidien sur notre compte Instagram : @care_france.

« Je gagne très peu d’argent, 170 baht par jour (soit 4€). »

Mi Aye Myint, 40 ans, a fui la pauvreté et les discriminations au Myanmar et vit désormais en Thaïlande. Séropositive, elle est soutenue par les équipes de CARE.

Mi Aye Myint fait partie de l’ethnie Mon. Toute sa famille a fui les discriminations et la pauvreté au Myanmar. Elle vit désormais en Thaïlande où elle assume seule ses deux enfants de 15 et 14 ans.

« Je suis inquiète quant à mon avenir et à celui de mes enfants. Tous les ans, je dois renouveler mes papiers pour pouvoir rester en Thaïlande et avoir le droit de travailler. Avant je travaillais dans une usine, maintenant je garde les enfants de mes voisins. Je gagne très peu d’argent, 170 baht par jour (soit 4€), et ma sœur et sa famille n’ont pas les moyens de nous aider. J’ai du mal à couvrir tous nos besoins au quotidien : logements, nourriture, médicaments. »

Séropositive, Mi Aye Myint est soutenue par les équipes de CARE.

« Mon mari est mort du sida, il y a 14 ans. C’est lui qui m’a transmis cette maladie. Quelques années après sa mort, je suis tombée malade et j’ai su que c’était le sida. Je suis allée à la clinique gérée par CARE. Ils m’ont aidée à avoir une assurance maladie et à être soignée. Ça fait 8 ans qu’ils m’aident. »

CARE défend l’accès à la santé pour les migrants en Thaïlande

En Thaïlande, les migrants - dont 80% viennent du Myanmar - vivent dans des conditions très précaires. Ils occupent les emplois les plus dangereux et difficiles.

CARE mène des programmes de santé à destination des migrants. Certains de nos bénéficiaires n’ont pas de papiers et n’ont donc pas accès aux services de santé traditionnels.

Nos équipes mènent des actions de sensibilisation et de prévention notamment du VIH / sida et soutiennent 14 centres de santé. CARE défend également les droits des migrants et organise des actions de plaidoyer auprès des autorités nationales.

Rendez-vous sur Instagram du 6 au 12 novembre

Abonnez-vous à notre compte Instagram @care_france et découvrez le quotidien de sept femmes qui luttent contre la pauvreté dans les pays de développement. 

« Ce sont des femmes qui nous ressemblent de beaucoup de points de vue : leur bonne humeur, les petits moments du quotidien, comme les repas, les moments tendres avec leurs enfants, mais qui vivent dans une toute autre réalité, dans des conditions extrêmement précaires », explique Valérie Accary, directrice de l'agence BBDO Paris qui soutient CARE dans le cadre d'un mécénat de compétences.

« Les femmes sont les premières victimes de la pauvreté et des inégalités dans le monde. Avec cette campagne sur Instagram, nous voulions saluer toutes celles qui font preuve d’un courage incroyable pour améliorer leur vie et celle de leur famille. Elles donnent tout leur sens aux actions de CARE », explique Philippe Lévêque, directeur de CARE France.

#StoriesDuBoutDuMonde

Soutenez le combat de Mi Aye Myint et rejoignez notre communauté !

Depuis 70 ans, CARE soutient les femmes qui luttent contre l’extrême pauvreté dans les pays en développement. Rejoignez notre communauté et recevez, chaque mois, des informations sur l’action de CARE pour soutenir les femmes à travers le monde :

Votre adresse email ne sera ni vendue, ni échangée.
Désinscription à n'importe quel moment, en un seul clic.