29 novembre 2017

Après #DearDaddy, CARE dénonce toutes les formes de violences faites aux femmes dans une nouvelle vidéo

« J’ai des rêves, j’ai des compétences, j’ai des ambitions mais je suis une femme. » Deux ans après la vidéo virale #DearDaddy qui dénonçait les violences verbales et physiques faites aux femmes, l’ONG CARE alerte sur les multiples formes de discriminations dont les femmes sont victimes. Dans le cadre des 16 jours d'activisme, ce film veut éveiller les consciences.

« Je ne demande qu’une chose, que les lois soient les mêmes pour tous et toutes », témoigne la protagoniste de ce film.

Les violences sexistes revêtent de multiples formes : physiques, sexuelles, psychologiques, civiques. 

À travers le quotidien de cette femme, nous découvrons les multiples privations de liberté dont elle est victime : l’interdiction de sortir seule de chez elle, la dépendance financière aux hommes de son entourage, le risque d’être agressée dans la rue et punie si elle résiste. Et ce cercle vicieux se perpétue avec sa petite fille, privée d’éducation et enfermée à la maison, alors que son fils aîné se rend à l’école avec ses copains.  

« Ceci n’est pas votre réalité ? 100 pays dans le monde ont des lois restreignant la liberté des femmes. C’est notre réalité commune », rappelle cette vidéo de 3 minutes.

A travers le monde, des millions de femmes souffrent de violations de leurs droits à cause de lois sexistes. En France, les inégalités homme femme sont également une réalité, telles que les écarts de salaires ou le manque de représentation politique.

Dans le cadre des 16 jours d'activisme, mobilisation mondiale contre les violences faites aux femmes, ce film dénonce l’institutionnalisation des discriminations à l’encontre des femmes.

L’onde de choc autour de la terrible banalisation des violences sexuelles doit être un point de départ pour faire évoluer les attitudes.

« Chaque jour, CARE vient en aide aux femmes victimes de violences. Pour un impact sur le long terme, nous les accompagnons à revendiquer leurs droits et sensibilisons les hommes et les garçons pour faire évoluer les mentalités. Car nous pouvons et devons tous et toutes agir à notre niveau. Il est également essentiel que l’ensemble des pays se dotent de politiques qui promeuvent l’égalité. Nos actions de plaidoyer ont contribué à l’adoption de lois contre les violences domestiques au Bangladesh, au Bénin, en Bolivie, au Salvador en Ouganda et en Zambie. Ensemble, nous pouvons mettre fin à ce fléau ! », explique Philippe Lévêque, directeur de CARE France.

Notes aux rédactions :

  1. Le film sera diffusé à partir du mercredi 29 novembre sur le compte Facebook de CARE France. 
  2. Cette vidéo a été réalisée par l’acteur norvégien Torbjørn Harr, qui a joué dans la célèbre série Vikings, dans le cadre d’une campagne de sensibilisation initiée par notre bureau local.
  3. Quelques chiffres qui illustrent les inégalités dont les femmes sont victimes :
  • Les femmes effectuent 66% du travail dans le monde, produisent 50% de la nourriture et pourtant ne perçoivent que 10% des revenus.
  • Seulement 52 pays dans le monde ont explicitement criminalisé le viol conjugal.
  • Au moins quinze pays continuent d'interdire aux femmes de travailler sans l'accord de leur mari.
  • Il existe un véritable plafond de verre pour les postes décisionnaires tant dans la sphère économique que politique : sur 193 pays, seuls 16 sont dirigés par des femmes.
Contact médias :

Laury-Anne Bellessa, responsable des relations médias chez CARE France, bellessa@carefrance.org, 07 86 00 42 75