11 avril 2018

RDC. En l’absence de financements suffisants, les ONG ne pourront pas répondre à l’ensemble des besoins humanitaires

Qualifiée de “tsunami humanitaire silencieux”, la situation humanitaire en RDC s’est dernièrement détériorée de manière dramatique. CARE appelle les bailleurs de fonds à augmenter de manière significative leurs engagements financiers à l’occasion de la conférence internationale qui les réunira le 13 avril à Genève. L’objectif des Nations unies est de collecter 1,68 milliard de dollars pour couvrir les besoins en 2018, près de quatre fois le montant obtenu en 2017.

© CARE

« Chaque jour, aux quatre coins du pays, les gens meurent à cause du conflit et des violences. Les ressources dont nous disposons actuellement ne permettent pas d’aider tout le monde », alerte David Bisimwa, coordinateur des urgences pour l’ONG CARE en RDC. « Cette année, 13 millions de Congolais devraient avoir besoin d’aide humanitaire, soit une personne sur six. »

Les besoins en RDC sont colossaux. Selon les Nations unies, plus de 7,5 millions de Congolais n’ont pas assez de nourriture pour s’alimenter, un chiffre en augmentation de 30% sur 12 mois. Plus de 2 millions d’enfants risquent de souffrir de malnutrition sévère aiguë. Les filles et les femmes sont victimes de violences sexuelles tandis que les épidémies de choléra, rougeole et malaria touchent des dizaines de milliers de personnes chaque année.

De plus, l’intensification du conflit armé et des tensions intercommunautaires a contraint des centaines de milliers de personnes, parmi lesquelles beaucoup de femmes et d’enfants, à fuir leur foyer en 2017.

L’escalade de la violence, particulièrement dans l’est du pays, a provoqué ces derniers mois, l’exode de nombreux Congolais vers les pays voisins : Angola, Burundi, République du Congo, Rwanda, Tanzanie, Ouganda et Zambie.

« La situation humanitaire en RDC est particulièrement complexe. Plus que jamais, la population a besoin de paix. Mais pour l’instant, nous devons nous assurer que les personnes survivent. En l’absence de financements suffisants, il est impossible pour nous de répondre à l’ensemble des besoins », explique David Bisimwa. « A l’heure actuelle, les agences fournissant une aide humanitaire sont dans l’incapacité de soutenir les 7,5 millions de Congolais qui n’ont pas de nourriture. »

L'action de CARE en RDC

CARE intervient dans les régions du Sud et Nord Kivu ainsi que du Kasaï. Nous organisons des distributions d’urgence (nourriture, abris) et apportons une aide en santé reproductive et psychosociale aux victimes de violences sexuelles. Nous menons également des actions multisectorielles pour répondre aux besoins primaires des populations les plus vulnérables : eau et assainissement, sécurité alimentaire, santé, nutrition.