22 janvier 2019

CARE lutte contre le tabou des règles dans le monde !

Pour des millions de femmes et filles, avoir ses règles ressemble plus à un combat pour leur dignité qu'à un cycle naturel. Déscolarisation, risques sanitaires, exclusion sociale, elles subissent les conséquences d’un tabou qui doit être brisé. Dans 90 pays dans le monde, CARE agit au quotidien pour faire évoluer les mentalités et leur permettre de vivre leurs règles dignement. Voici une sélection de nos actions !

L'association CARE lutte contre le tabou des règles
Shelin, 13 ans, montre les serviettes hygiéniques réutilisables qu'elle a appris à confectionner avec CARE et son école au Zimbabwe. © CARE

Lutter contre la stigmatisation des filles et des femmes et informer

Dans de nombreux pays, les croyances jouent un rôle important dans la stigmatisation que vivent les femmes et les filles lors de leurs règles.

Avoir ses règles est quelque chose de totalement naturel, pourtant trop de filles et de femmes ressentent un sentiment de honte. Par peur des moqueries si elles tâchent leurs vêtements et par honte, beaucoup de jeunes filles ne vont pas à l’école lorsqu’elles ont leurs règles, entraînant parfois une déscolarisation totale. 

  • Au Rwanda, au Népal ou en Inde, par exemple, CARE agit pour faire évoluer les mentalités et lutter contre les croyances que les femmes sont impures pendant leurs règles.
  • Dans les Balkans, CARE a mis en place des clubs dans les écoles pour promouvoir l’égalité entre filles et garçons et lutter contre les stéréotypes sexistes.

Le silence et les interdits limitent l’accès des femmes et des filles à des informations pertinentes sur leur corps et les règles.

  • C'est pourquoi dans le monde entier, comme au Burundi ou en Inde, CARE aide les écoles à mettre en place des cours sur la santé sexuelle et reproductive pour les filles et les garçons. Nous sensibilisons aussi les femmes et les hommes adultes à ces questions.  

Donner accès à une hygiène menstruelle adaptée

L'association CARE défend les droits des femmes
CARE mène des séances de sensibilisation contre le tabou des règles. Ici au Vanuatu. © CARE

L'accès à des protections hygiéniques saines reste un privilège accordé à peu de femmes dans le monde. Ces produits sont souvent très chers et difficiles à trouver dans de nombreuses régions du monde.

La pauvreté est un donc facteur qui met la santé des femmes en danger. Dans beaucoup de pays, les femmes utilisent des morceaux de tissus, des couvertures ou vêtements usés comme serviettes hygiéniques.

  • CARE distribue des kits d’hygiène aux femmes et aux filles, au Vanuatu ou en Indonésie notamment. Ces kits comprennent des serviettes hygiéniques lavables et réutilisables, des sous-vêtements, du savon et de la lessive.
  • Afin de garantir de bonnes conditions d’hygiène pour les femmes et les filles, nos équipes forment des écoliers et écolières au Népal, au Malawi ou au Zimbabwe par exemple à la fabrication de serviettes hygiéniques réutilisables. De même, en République démocratique du Congo ou à Madagascar, nous formons des groupes de femmes qui pourront ensuite vendre ces protections afin d’améliorer leurs revenus.

Pour les femmes en situation d’urgence, telles que les réfugiées, l’accès aux protections hygiéniques est encore plus difficile.

  • En Ouganda, par exemple, CARE intervient dans les camps de réfugiés en distribuant des cups menstruelles aux femmes et aux filles. Propres et économiques, les cups sont réutilisables jusqu’à 10 ans et nécessitent moins d’eau que les serviettes réutilisables. 

Permettre à toutes de bénéficier d’installations sanitaires propres et sûres

Dans le monde, une femme sur trois n'a pas accès à des toilettes propres et en état de marche. L’absence d’intimité, d’accès à de l’eau et du savon les empêchent d’avoir une hygiène intime adaptée.

Qui plus est, ce manque d’infrastructures est l’une des premières causes de déscolarisation pour les filles lorsqu’elles ont leurs règles.

  • Au Zimbabwe, par exemple, nous formons des maçons, et notamment des femmes, à la construction de toilettes familiales. Ces latrines apportent ainsi de la dignité aux gens, permettent aux filles et aux femmes de garantir une bonne hygiène pendant leurs règles et aident à lutter contre les maladies hydriques.
  • Au Vanuatu, au Mali ou en Haïti notamment, CARE construit des toilettes propres et sûres et des systèmes d’accès à l’eau dans les écoles. 

Nos actions sont multiples car il faut s’attaquer à toutes les causes et conséquences du tabou des règles pour que les choses changent de manière durable. À travers ces actions, notre ambition est de briser les préjugés, pour permettre à chaque fille et femme de vivre ses règles en toute sérénité, et sans danger pour sa santé.

Nous y parviendrons grâce la mobilisation de tous et toutes pour faire ce de sujet une priorité ! 

Ensemble, brisons le tabou des règles !

Une femme a ses règles en moyenne entre 2 555 et 3 000 jours dans sa vie, soit plus de 8 ans au total ! Pour trop de femmes et les filles, leurs règles correspondent à autant de jours perdus à éprouver un sentiment de honte ou être victimes de terribles discriminations. Il faut que les choses changent ! 

  • Mobilisez-vous à nos côtés en parlant ouvertement de ce sujet ! Rejoignez notre mobilisation sur les réseaux sociaux en postant une photo de vous avec le hahstag #RespectezNosRegles et en identifiant nos comptes : Instagram : @care_france / Facebook : @CARE.France / Twitter : @CAREfrance.
  • Soutenez nos équipes qui luttent chaque jour sur le terrain contre ce tabou et pour la défense des droits des femmes ! Faites un don, c’est essentiel pour nous permettre de continuer nos actions !