03 mai 2019

Le G7 face à l’impératif de justice environnementale : les recommandations des ONG féministes du W7.

Les ministres de l’Environnement et de l’énergie des pays membres du G7 se réunissent les 5 et 6 mai à Metz. Près de 2 ans après le fameux “Make our Planet Great Again” d’Emmanuel Macron, et en tant que présidente du G7, la France doit convaincre ses pairs de prendre des engagements clairs. Voici les recommandations du Women 7, coalition de plus de 100 associations féministes du monde entier, pour lutter à la fois contre les changements climatiques et les inégalités, et protéger l’environnement et la biodiversité.

Le G7 doit annoncer des mesures pour restaurer une justice climatique

Le cyclone Kenneth a frappé le Mozambique il y a quelques jours. En l’espace d’un mois, c’est le deuxième cyclone destructeur qui frappe ce pays. Kenneth est une piqûre de rappel douloureuse des impacts de plus en plus dévastateurs des changements climatiques, en particulier sur les populations les plus vulnérables et les moins responsables.

La France a annoncé faire de la lutte contre les inégalités -y compris climatiques- son mot d’ordre pour le G7. Nous attendons donc qu’elle incite l’ensemble des pays du G7 à annoncer des mesures capables de restaurer une véritable justice climatique et environnementale.

De telles actions doivent notamment prendre en compte les besoins des femmes et les filles qui sont affectées de façon disproportionnée par les changements climatiques, l’effondrement de la biodiversité et les dégradations de l’environnement. Dépendant largement de ressources naturelles comme l’eau et le bois pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille, les femmes des pays en développement voient leur charge de travail augmenter lorsque ces ressources se font rares en raison de sécheresses, inondations et pluies irrégulières. Elles jouent pourtant un rôle de premier plan dans la réponse aux défis environnementaux, en mettant en œuvre des solutions pour restaurer des conditions de vie soutenables pour leurs communautés et pour protéger les écosystèmes.

Les recommandations du Women 7

Le Women 7 a transmis à l’ensemble des pays du G7 ses recommandations et appelle les pays du G7 à faire de ce rendez-vous, un point d’étape clé avant le sommet des chef·fes d’État et de gouvernement fin août à Biarritz. Le Women 7 demande aux États du G7 de :

  • Mettre en place des mesures urgentes pour réduire drastiquement leurs émissions de gaz à effet de serre et ne pas dépasser la limite de réchauffement climatique de +1,5°C. C’est une question de survie pour les populations les plus vulnérables aux changements climatiques.
  • Mettre en œuvre des politiques robustes en matière de développement durable et de lutte contre le changement climatique fondées sur les droits humains. Les pays du G7 doivent s’engager à prendre en compte dans leurs contributions déterminées au niveau national révisées les enjeux de droits humains, d’égalité de genre, de sécurité alimentaire, de transition juste, de droits des peuples autochtones, d’équité entre les générations, de protection des écosystèmes et de la biodiversité dans leurs politiques climatiques. 
  • Honorer la promesse faite par les pays riches il y a près de 10 ans de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour soutenir les pays et populations les plus vulnérables aux changements climatiques. A moins d’un an de l’échéance, les pays du G7 sont maintenant au pied du mur et doivent a minima doubler leurs contributions individuelles initiales au Fonds Vert pour le Climat. Le Women 7 appelle les pays du G7 à allouer 85% du volume de financements de leur aide publique au développement dédiés au climat vers des projets prenant en compte le genre. Il est aussi essentiel que les pays du G7 contribuent à réduire les nombreux obstacles auxquels font face les organisations locales de femmes et de jeunes pour accéder aux financements climat.
  • Soutenir et offrir des opportunités pour un leadership et une participation accrus des femmes aux processus de décision sur le climat et l’environnement, à l’échelle locale, nationale et internationale.

Alors que la course contre la montre a commencé pour rester sous la barre des +1,5°C de réchauffement climatique, et que le Secrétaire Général des Nations unies convoque le Sommet Action Climat le 23 septembre à New York pour obtenir des engagements forts et concrets de la part des États, les pays du G7 ont tout intérêt à prendre les devants.

Le Women 7 : une coalition d'ONG féministes
  • Le mouvement Women 7 (W7) rassemble plus d’une centaine d’organisations de la société civile des pays du G7 et des pays en développement investies sur les droits des femmes et des filles. Il a pour mission de s’assurer que des engagements concrets en faveur de l’égalité femmes-hommes seront pris dans l’ensemble du processus du G7. Pour plus d’informations, vous pouvez visiter le site officiel du W7: www.feministscount.org et consulter nos comptes sur différents réseaux sociaux (Women7official).
  • Le Women 7 a produit des recommandations détaillées en français et en anglais pour cette réunion ministérielle environnement et les a transmises au gouvernement français ainsi qu’à l’ensemble des pays du G7.
Contacts presse :

Sur place à Metz du samedi 4 au lundi 6 mai :

Véronique Moreira, Présidente de WECF France, veronique.moreira@wecf.eu; +33 (0)672000315