17 juin 2019

OIT : négociations autour de la première convention internationale sur la violence au travail

Cette semaine, vont se conclure les négociations internationales pour l’adoption ou non de la toute première convention contre la violence au travail. Un texte essentiel qui permettrait de lutter contre un fléau mondial et de combler une lacune juridique qui affecte 235 millions de travailleuses dans le monde. Après deux ans de mobilisation en faveur de ce texte, CARE est présent à ces négociations. 

L'association CARE lutte contre les violences au travail.
En Asie, CARE lutte contre les violences dans les usines.  © CARE

Une convention cruciale pour lutter contre la violence au travail

Depuis plus de deux ans, le monde du travail - employeurs, syndicats et gouvernements - négocient la toute première convention internationale pour lutter contre la violence et le harcèlement au travail, au sein de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). 

L’adoption de ce texte serait un grand pas en avant car actuellement, près d’un pays sur trois n’a pas de loi contre ces abus. De ce fait, 235 millions de travailleuses ne disposent d’aucune protection légale dans le monde.

Les points encore incertains ? L'ambition de cette convention

Or, cette convention et son contenu ont fait l’objet de résistances au cours des derniers mois.

Si cette dernière session de négociations semble bien s’engager, nous restons vigilants. Plusieurs points cruciaux sont encore en discussion, notamment autour de l’ambition de cette convention : pour CARE, elle doit protéger l’ensemble des travailleurs et travailleuses, quelque soit leur contrat de travail, leur statut ou le lieu dans lequel ils et elles travaillent. 

CARE appelle à une convention qui protège l’ensemble des travailleurs et travailleuses

Depuis deux ans, CARE est mobilisé pour demander que cette convention inclue une définition large :

  • des notions de « violence » et de « harcèlement » qui permette de couvrir la diversité et la multiplicité des abus ;
  • du terme de travailleur et travailleuse pour une prise en compte de l’économie formelle et informelle ;
  • de la notion de « monde du travail » qui couvre à la fois les espaces publics et privés quand ceux-ci sont des lieux de travail. Cela permettrait notamment de protéger les travailleurs et travailleuses domestiques.

Il faut un message clair du monde du travail contre les violences

« Dans cette dernière ligne droite des négociations, CARE appelle États, employeurs et syndicats à envoyer un message clair aux travailleurs et travailleuses partout dans le monde : la violence n’est dans aucune fiche de poste et ne sera plus tolérée ! », explique Sophie Chassot, chargée de plaidoyer pour CARE France.

À l’occasion des 100 ans de l’OIT qui ont lieu cette année, nous demandons une mobilisation globale du monde du travail pour lutter contre les violences. 

Citoyens, citoyennes et entreprises se mobilisent à l’appel de CARE
  • 200 000 personnes dans le monde ont soutenu la mobilisation Au boulot #ViolenceZéro lancée par CARE afin de soutenir l’adoption de cette convention et lutter contre les violences et le harcèlement au travail.
  • Une dizaine de grandes entreprises françaises et anglaises se mobilisent publiquement en faveur de cette convention, à l’appel de CARE : L’Oréal, Kering, Sodexo, BBDO France, BNP Paribas, Avon, Diageo, Marks and Spencer, Unilever. De même, trois corporations internationales de leaders d’entreprises et d’entreprises (BSR, The B Team, Business Fights poverty) ont signé l’appel de CARE aux gouvernements et représentants d’employeurs. 
  • Et sur le terrain ? Partout dans le monde, CARE défend les droits des femmes et lutte contre les violences faites aux femmes aussi bien dans la sphère privée que professionnelle. Par exemple : en Amérique latine, nous soutenons des organisations de travailleuses domestiques pour la défense de leurs droits. En Asie, nous luttons contre les violences dans les usines. Nos programmes soutiennent l’autonomisation économique des femmes et le travail digne.
Contact presse

Les experts de CARE sont présents à Genève pour assister aux négociations de l’OIT. Ils sont disponibles pour toute demande d’interview.

Contactez Camille Nozières, 07 86 00 42 75, nozieres@carefrance.org