19 juillet 2019

Ministérielle Finances du G7 : Une occasion manquée pour des mesures financières ambitieuses sur les droits des femmes et des filles

Les ministres des finances des pays du G7 ainsi que les gouverneurs de plusieurs institutions financières multilatérales se sont réunis les 17 et 18 juillet à Chantilly. Il s’agissait d’une opportunité clé pour annoncer des financements ambitieux sur les droits des femmes et des filles.

Des financements insuffisants pour de réelles politiques publiques féministes

La présidence française doit prouver que la lutte contre les inégalités n’est pas juste un slogan. Il est temps pour la France de convaincre ses partenaires du G7 de mettre de l’argent sur la table pour les associations féministes, sinon ce G7 sera un échec. Le Women 7 appelle les pays du G7 à financer des politiques publiques ambitieuses qui intègrent le genre et à augmenter les financements alloués aux association féministes dans le monde. La France a fait un premier pas avec l’annonce de la création d’un fonds de 120 millions d’euros pour les associations féministes dans les pays du Sud. Les modalités d’octroi de ce fonds restent néanmoins à clarifier, en concertation avec les associations. Des efforts financiers supplémentaires sont également attendus au niveau national, alors que les associations féministes françaises continuent de demander la hausse du budget alloué à la lutte contre les violences conjugales. 


Sur le volet de l’aide publique au développement, nous regrettons que le communiqué final du G7 Finances ne mentionne pas l’importance de promouvoir et d’adopter une aide publique au développement (APD) féministe, demande phare du Women 7. A l’heure actuelle, près de 54% de l’APD des pays du G7 est totalement aveugle aux enjeux d’égalité femmes-hommes. Il est impératif que les pays du G7 s’engagent à adopter une aide publique au développement féministe, pendant logique de la diplomatie féministe défendue par la France mais aussi le Canada.

Le soutien de la France à l’inclusion financière numérique des femmes

Le Women 7 se félicite que l’autonomisation économique des femmes ait été mise à la table des négociations de la ministérielle, à travers la présentation de l’initiative portée par la fondation Bill et Melinda Gates sur l’inclusion financière numérique des femmes en Afrique. Nous appelons maintenant les autres pays du G7 à contribuer également à ce nouveau mécanisme et à multiplier les initiatives en faveur de l’égalité femmes-hommes dans tous les domaines. Ces initiatives iront dans le bon sens si elles permettent aux femmes de sortir de la pauvreté et d’exercer pleinement leurs droits.

Rendez-vous à Biarritz

Le Women 7, dans ses recommandations pour la ministérielle finances, demande aux pays du G7 de s’engager à allouer 1.4 milliard de dollars à l’égalité femmes-hommes. Pour l’instant, les engagements financiers ambitieux se font encore attendre. Les initiatives et les livrables portés par la France et les pays du G7 sur l’égalité femmes-hommes ne pourront être concrets que si elles sont financées de manière adéquate. A un peu plus d’un mois du sommet des leaders, nous attendons maintenant des preuves concrètes de l’engagement, y compris financier, des pays du G7 pour les droits des femmes et des filles.

Le W7 : une coalition internationale d'associations féministes

Le W7 (Women 7) rassemble des organisations féministes des pays du G7 et du monde entier. Sa mission principale est de s’assurer que les pays du G7 prennent des engagements tant financiers que politiques en 2019 et au-delà, qui permettront d’avoir un impact concret et durable sur la vie des femmes et des filles partout dans le monde.

Pour en savoir plus : feministscount.org