13 septembre 2019

#RespectezNosRègles : oser montrer le sang des règles pour briser le tabou

Il y a quelques jours, une fille de 14 ans s’est suicidée après avoir été humiliée par son professeur à cause d'un vêtement taché de ses règles au Kenya. Nous disons STOP au tabou des règles ! « Nous voulons montrer l’inmontrable, ce qui est généralement caché et passé sous silence : le sang des règles. » Douze influenceuses s'engagent avec CARE et le collectif féministe Les Nanas d'Paname pour casser les préjugés autour des règles.

Découvrez les quatre premiers témoignages de cette action de mobilisation.

« Les règles, ce n’est pas crade : c’est juste naturel. »

L'association CARE lutte contre le tabou des règles dans le monde
© Chloé Bonnard

Camille Aumont Carnel de @jemenbatsleclito

« Je m'en bats le clito, je m'en bats le clito : soit. Mais tu vois il y a certains sujets, je n'ai pas envie de m'en battre le clito et j'ai juste envie de me battre !

Le tabou des règles en fait partie, le sang de règles, ce n'est pas sale. Les règles ce n'est pas crade : c'est juste naturel. Et si on arrêtait de se taire et qu'on commençait à vous prouver tout ça ? Tu viens ? »

« Le meilleur moyen de combattre un tabou, c'est d'en parler. »

L'association CARE lutte contre le tabou des règles dans le monde
© Chloé Bonnard

Justine Courtot de @sang.sations

« Le meilleur moyen de combattre un tabou c'est d'en parler, de le montrer et ainsi de briser la loi du silence qui l'entoure.

C'est d'ailleurs le but de mon compte Instagram @sang.sations : informer chaque jour sur les règles, combattre l'ignorance, aider, soutenir et rassurer des milliers de jeunes. »

« On ne m’avait expliqué que faire de mes draps tachés. Pendant une année je les ai cachés. Maintenant c’est la honte que j’ai abandonné. »

L'association CARE lutte contre le tabou des règles dans le monde
© Chloé Bonnard

Rosalie Debesse, @rosaliedebesse, fondatrice de Loovida et poétesse

« À l'origine, j'attendais mes règles avec impatience. Elles matérialisaient pour moi le fait de devenir femme.Je les guettais. Elles sont arrivées. Après la joie passée, j'ai découvert la honte. On ne m'avait expliqué que faire de mes draps tachés. Pendant une année je les ai cachés. A l'écart au fond du placard. Puis je les ai jetés.

Maintenant c'est la honte que j'ai abandonnée. J'ai retrouvé ma fierté. Car mes règles sont le symbole de ma puissance. Et de ma créativité. »

« C'est à ce moment que je me sens femme-forte. »

L'association CARE lutte contre le tabou des règles dans le monde
© Chloé Bonnard

Marion Brocard, @marion_brocard, masseuse et entrepreneuse

« Quel drôle de terme "les règles" ! Justement pour moi cette période est si destructurée émotionnellement que mon hypersensibilité est aux premières loges et je me retrouve souvent dans le flou. Mais c'est aussi à ce moment que je me sens tellement femme-forte à assurer mon quotidien.

Je me souviendrai toujours de la gestion de mes premières règles, ça a été le moment de transmission le plus marquant avec ma maman. Etant adoptée, je n'ai pas eu ce rapport au corps mère-enfant traditionnel et pourtant son accompagnement a été le plus naturel possible, comme pour tout en définitive.

C'est pour ça que cette initiative me touche au plus profond, il s'agit tout simplement de transmission, et ça ne devrait pas être tabou. »

Le tabou autour des règles a des conséquences dramatiques pour la vie des filles et femmes dans le monde :

  • dans certains pays, les femmes sont considérées comme impures quand elles ont leurs règles, elles sont exclues socialement voire exilées de leur maison. 
  • leur santé est mise en danger : 500 millions de femmes dans le monde n'ont pas accès à des protections hygiéniques.
  • à la puberté, beaucoup arrêtent leur scolarité, à cause des préjugés et faute d'accès à des protections hygiéniques ou des infrastructures sanitaires.

Trop de femmes souffrent de ces discriminations ou en meurent. Il faut que ça change ! Mais le tabou des règles, vieux de plusieurs millénaires, ne disparaîtra pas facilement, alors nous avons toutes et tous un rôle à jouer !

L’action de CARE contre le tabou des règles

CARE est une ONG de solidarité internationale qui lutte contre l’extrême pauvreté et défend les droits des femmes.

CARE lutte contre le tabou des règles partout dans le monde. Au Népal, à Madagascar, au Rwanda, au Vanuatu… Nos actions sont multiples car il faut s’attaquer à toutes les causes et conséquences du tabou des règles pour que les choses changent de manière durable. 

  • CARE mène des séances d’information à la santé sexuelle et reproductive. Nous sensibilisons les filles, les femmes, les hommes et les garçons à l’égalité de genre. Notre ambition est de briser les préjugés pour permettre à chaque fille et femme de vivre ses règles en toute sérénité, sans danger pour sa santé et sans impacter ses droits.
  • CARE construit également des toilettes et des points d’eau adaptés aux filles dans les écoles et les maisons. Nous soutenons la fabrication de serviettes hygiéniques réutilisables ou distribuons des cups lors d’urgences.
#RespectezNosRègles, une campagne de sensibilisation en France

Cette action est le nouvel opus de la campagne de sensibilisation contre le tabou des règles lancée par l’association CARE France : 

  • une campagne d’information sur les réseaux sociaux en janvier 2019, soutenue par plus de 50 personnalités et collectifs féministes et vue par plus de 2 millions de personnes sur les réseaux sociaux.
  • une soirée de mobilisation avec des humoristes pour libérer la parole sans complexe sur le tabou millénaire des règles, en mai 2019.
  • cette nouvelle action est mise en place avec le collectif féministe Les Nanas d'Paname. Co-fondé par Chloé Bonnard dans le but de rassembler, les Nanas d’Paname est un collectif solidaire de 50 femmes, artistes, entrepreneuses et parisiennes. Ce projet humain, fédérateur et artistique met en avant des femmes inspirantes et porteuses de projets, qui s'assument et qui croient en leurs rêves... http://lesnanasdpaname.com/