18 décembre 2019

Climat : 5 solutions que la France doit mettre en place

Il y a un an, la France était attaquée en justice pour son inaction face à l’urgence climatique : c’est l’Affaire du siècle. Cette initiative lancée par quatre ONG avait été soutenue par deux millions de Françaises et Français ainsi que des associations telles que CARE. Mais depuis, le gouvernement français ne fait toujours rien. Alors voici 5 solutions concrètes que la France doit mettre en place au plus vite.

Endiguer le changement climatique ? C’est possible ! Si le gouvernement français ne sait pas comment faire, qu’il nous demande ! Nous savons quelles actions concrètes mettre en place pour limiter le réchauffement climatique et éviter une catastrophe mondiale.

Pour une fiscalité écologique et juste

Notre gouvernement doit veiller à ce que chacun participe à hauteur de ses moyens à la transition écologique.

Premièrement, le gouvernement doit supprimer les cadeaux fiscaux fait à ceux qui s’enrichissent au détriment de la planète c’est-à-dire les plus gros pollueurs (énergies fossiles, aviation, transport routier, maritime etc.). Et il doit redistribuer les sommes générées aux ménages pour les aider à prendre part à la transition écologique.

L’État doit également arrêter de soutenir des projets climaticides : il faut imposer aux banques une sortie progressive de ce modèle d’économie destructrice et aux multinationales ayant un siège en France de s’aligner sur nos objectifs nationaux. Le mot d’ordre : passer d’un intérêt financier à un intérêt général.

Logements : améliorer la performance énergétique

Le logement pèse à lui seul pour près de 20% des émissions de gaz à effet de serre en France. Il faut accélérer la rénovation écologique des logements insalubres. En 2015, l’État s’est engagé à rénover 500 000 logements par an, pour améliorer l’efficacité énergétique et l’empreinte carbone de la France. En 2019, le constat d’échec est sans appel, et plutôt que de se donner les moyens de ses promesses, l’État revoit l’objectif à la baisse, de 200 000.

Ce n’est pas la solution ! Le gouvernement doit augmenter les aides publiques liées à ces travaux, puis à progressivement les rendre obligatoires sur le marché locatif. Il en va de notre environnement, mais aussi de la santé et de la dignité des occupants.

Transports durables

Les investissements du gouvernement dans les transports durables doivent s’accroître. À horizon 2030, l’État doit interdire à la vente les voitures diesel et essence. Le « forfait mobilité » pour dédommager les employés venant au travail à vélo ou en covoiturage devrait aussi devenir obligatoire.

Ces mesures, concrètes et applicables, auront des effets bénéfiques sur la qualité de notre air et nos émissions de CO2 tout en augmentant le pouvoir d’achat des Françaises et Français. Pourquoi attendre ?

Des énergies profitant à l’environnement et à l’économie

16,5%, c’est la part des énergies renouvelables actuellement en France. La France est le 2ème pays européen le plus en retard sur les objectifs de 23% d’énergies renouvelables fixés pour 2020. Pourtant, oui on peut produire de l'énergie sans nuire au climat ni à l’économie.

Développer les filières d’énergies renouvelables, c’est créer de nouveaux marchés, de nouveaux emplois : jusqu’à 900 000 emplois d’ici à 2050. Tout le monde y gagne. Mais pour y arriver, il faut sortir du passé : fermer les centrales à charbon, arrêter les financements directs et indirects à l’ensemble des énergies fossiles, anticiper les reconversions professionnelles au niveau local.

Agriculture respectueuse de l’environnement et de notre santé

Environnement, climat, santé humaine, bien-être animal, pouvoir d’achat, juste rémunération des producteurs… et si c’était le même combat ? Et bien ça l’est.

Nous devons réorienter notre modèle agricole industriel vers un modèle d’agriculture écologique et respectueuse de tous. Pour cela, les subventions de la PAC doivent nous guider vers la durabilité plutôt que la croissance, et l’État doit soutenir l’accès pour tous à une alimentation saine, bio et végétarienne, et ce dès le plus jeune âge, notamment à travers la restauration scolaire.

La France ne doit plus ignorer la réalité des changements climatiques affectant déjà sa propre population et menaçant les vies de millions de personnes dans les pays les plus vulnérables. Nous disons STOP au #RetardDuSiècle !

Retour sur l’Affaire du siècle, une mobilisation contre l’inaction climatique de la France

L'Affaire du siècle dénonce la France pour son inaction en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Cette campagne est initiée le 17 décembre 2018 par quatre associations, Fondation pour la nature et l'homme, Greenpeace France, Notre affaire à tous et Oxfam France avec le soutien d’autres associations dont CARE. La pétition associée, devient la plus signée en France en moins d'une semaine, collectant 2 millions de signataires en un mois.

Accusé d’inaction climatique, l’État a plaidé non coupable en février 2019, en répondant que le gouvernement estimait en faire déjà beaucoup. Depuis, les catastrophes météorologiques se sont amplifiées, devenant plus intenses, et plus fréquentes. Pour autant, l’État n’agit pas, même s’il communique beaucoup.

Les réponses du gouvernement étant jugées insuffisantes, le recours en justice contre l'État est déposé auprès du tribunal administratif de Paris le 14 mars 2019. Le 20 mai, un mémoire complémentaire, près de 100 pages d’arguments détaillés est déposé par les associations. L’instruction peut durer de 1 à 2 ans mais l’Etat ne doit pas attendre !