09 janvier 2020

Australie. Les incendies qui ravagent le pays doivent servir de signal d’alarme de la crise climatique

Depuis août dernier, l’Australie est frappée par une vague d’incendies qui ravage le centre, l’est et le côté ouest du pays. Des milliers de personnes ont dû abandonner leur logement. Alors que le pays brûle, l’Indonésie subit des inondations, que les îles du Pacifique se préparent à des cyclones tropicaux, ces catastrophes doivent être le signal d'action pour les États face au changement climatique.

© Marja Koole

Les incendies en Australie, exacerbés par le changement climatique

Incendies, inondations, cyclones... Durant toute l'année 2019 et en ce début d'année 2020, la planète n'a cessé de nous alerter, et les populations souvent les plus vulnérables face à ces changements en ont subi les conséquences. En Australie, la fréquence et l’intensité des feux de brousse qui sévissent depuis le mois d'août sont exacerbées par les changements climatiques causés par l’activité humaine.

« Notre pays est en flammes. La sécheresse et l'augmentation des températures ont contribué à ces feux de brousse qui ont des conséquences catastrophiques sur la vie des populations et la biodiversité. Les preuves scientifiques sont incontestables - il existe un lien entre la tragédie que nous vivons actuellement et le changement climatique. Si un pays comme l'Australie peut connaître cette ampleur de catastrophe, à quels risques sont confrontés les pays dont les capacités de réponse sont moindres face à des phénomènes de telle ampleur ? », a déclaré Louise Gray, directrice de CARE en Australie.  

L'heure doit être à l'action. La réponse mondiale doit aller au-delà de la lutte contre ces incendies et doit s'attaquer aux causes sous-jacentes des bouleversements climatiques.

« Nous devons agir. La bonne nouvelle est qu'il existe des mesures réelles et tangibles que des pays, dont l'Australie, peuvent adopter dès maintenant pour aider à atténuer l'urgence climatique », explique Louis Gray. 

Sauver le climat doit être une priorité mondiale

Jusqu'à présent, le changement climatique affectait principalement les populations les plus vulnérables, tandis que les pays les plus responsables des émissions de gaz à effet de serre ont largement fermé les yeux et ont continué d'alimenter la crise.

Mais le changement climatique n’épargnera personne. Les feux de brousse en Australie ne sont qu'un aperçu de l'avenir auquel le monde entier sera confronté si l'inaction climatique continue. CARE appelle les gouvernements du monde entier à prendre leurs responsabilités et à intensifier leurs efforts pour lutter contre la crise climatique mondiale.

« Ce qui commence comme une décennie en feu doit devenir la décennie d'une action climatique décisive et rapide. Nous demandons la réduction de moitié des émissions mondiales de CO2 d'ici 2030 afin d’éviter une situation climatique incontrôlable. La souffrance du peuple australien et de sa biodiversité est un rappel brutal pour tous les signataires de l'Accord de Paris sur le changement climatique : la réalisation des objectifs acceptés par les États est une question de survie et de justice », affirme Sven Harmeling, responsable de la politique mondiale de CARE sur le changement climatique.

 « Il est vital que les pays arrêtent l'escalade de la crise climatique en abandonnant immédiatement les combustibles fossiles au profit des énergies renouvelables, tout en se préparant mieux aux impacts climatiques inévitables. Si des pays comme l’Australie ne réduisent pas considérablement leurs émissions de gaz à effet de serre, les effets dévastateurs du changement climatique ravageront davantage la planète. Même les pays les plus riches ne seront pas à l'abri. »

L'action de CARE contre le changement climatique

La lutte contre les impacts climatiques est l’une des priorités stratégiques de nos actions de lutte contre l'extrême pauvreté et les injustices.

  • CARE soutient les populations affectées par des chocs climatiques ponctuels (tempête, inondations) ou de long terme (variabilité des saisons et des précipitations).
  • CARE met en place des programmes d'adaptation : soutien agricole aux communautés qui souffrent de la disparition des glaciers ; mise en place de réseaux d'accès à l'eau ; projets de plantation de mangroves et de restauration de systèmes de défense côtiers.
  • CARE participe également aux négociations internationales sur le climat et mène des actions de plaidoyer pour inciter les gouvernements à mettre en oeuvre des politiques climatiques ambitieuses.