12 mars 2020

#CasseursDeClichés : les préjugés sexistes en 5 chiffres

Les clichés sexistes sont partout, mais savez-vous vraiment à quel point ? 9 personnes sur 10 dans le monde déclarent avoir au moins un préjugé sur les femmes. C’est trop ! Et les impacts sur la vie des femmes sont nombreux comme nous le montrent ces 5 chiffres clés.

4 sur 10. 

C’est le nombre de personnes en France qui pensent que si les femmes s’impliquent davantage dans la répartition des tâches, c’est parce qu’elles y trouvent une satisfaction personnelle. Et 43% des hommes estiment qu’ils ont moins de dispositions naturelles que les femmes pour les tâches ménagères. La génétique n’a bien évidemment rien à voir là-dedans. Ces croyances sont le résultat de constructions sociales qui enferment femmes et hommes dans des stéréotypes et restreignent leurs libertés de penser ou d’agir.

50%.

C’est le temps que les filles entre 10 et 14 ans consacrent en plus que les garçons au travail domestique. C’est donc 50% de temps en moins à consacrer à leurs études, leurs devoirs, ou tout simplement à jouer. Plus tard, cela participe également à la charge mentale et au stress : les femmes se sentent seules responsables de la bonne tenue du foyer.

606 millions. 

C’est le nombre de femmes dans le monde qui affirment ne pas pouvoir travailler en raison de la charge de travail qu’elles accomplissent à la maison. Bien qu’essentiel, ce travail domestique est considéré comme moins valorisant et mérite moins de respect. Si dans le cadre familial, le travail des femmes n’est pas respecté à sa juste valeur, il est d’autant plus difficile de se faire respecter en dehors de la sphère privée ! 

41% 

C'est la part de personnes en Inde (femmes et hommes) qui pensent qu’il est normal qu’une femme soit battue si elle n’a pas préparé le repas pour sa famille. Cette image d’infériorité, véhiculée par ces stéréotypes bien enracinés, peut avoir de terribles conséquences. Ce chiffre est d’autant plus révélateur qu’il prend également en compte les réponses de femmes qui ont intériorisé ces stéréotypes au point de penser légitime d’être battue !

42 %

C'est le pourcentage de Boliviennes qui déclarent que le travail de soin non-rémunéré est le principal obstacle à leur participation politique. Cette injonction faites aux femmes de se charger seule de tenir la maison, s’occuper des enfants, des malades, des personnes âgées restreint leur possibilité de participer à la vie publique. Partout dans le monde, les femmes sont moins représentées que les hommes dans les instances politiques : moins de 24% des sièges parlementaires sont occupés par des femmes. Conséquences ? Leurs besoins spécifiques sont moins pris en compte, voire ignorés au moment d’élaborer et de voter des lois.

A propos de #CasseursDeClichés

Défendre l’égalité et lutter contre les stéréotypes, c’est le double objectif de #CasseursDeClichés. 

Les inégalités femmes-hommes commencent à la maison et limitent les opportunités sociales et économiques des femmes partout dans le monde.

C’est pourquoi sur le terrain CARE mène des projets qui promeuvent l’égalité de genre et luttent contre les violences en favorisant la masculinité positive dans le monde entier. 

La solution est à portée de main et c'est par des petits gestes du quotidien que nous construisons plus d’égalité !Vous aussi, devenez des #CasseursDeClichés !

L'action de CARE

CARE agit partout dans me monde pour promouvoir l’égalité femmes-hommes : 

  • CARE renforce la capacité d'agir des femmes et le respect de leurs droits : CARE forme et aide des groupes de femmes pour les informer sur leurs droits et les aider à améliorer leurs conditions de vie ainsi que celles de leur communauté.
  • CARE promeut des relations femme-homme équitables : Dans les Balkans par exemple, CARE a lancé des clubs dans les écoles pour sensibiliser les jeunes garçons et filles sur l’égalité femmes-hommes aujourd’hui ces clubs sont inscrits au programme officiel des écoles. 
  • CARE travaille à l'évolution des structures et normes sociales : Moins de 20% des propriétaires fonciers dans le monde sont des femmes : dans les pays comme le Bénin par exemple, même si la loi le permet, la tradition exclue encore les femmes de l’héritage, si leur mari meurt, elles n’ont plus rien ! CARE informe les femmes sur leur droit, offre un assistance juridique gratuite et traduit des documents légaux en langue locale et ça fonctionne : des centaines de femmes béninoises ont pu accéder à la propriété,