09 avril 2020

S’exposer au Coronavirus ou mourir de faim : l'impossible dilemme des populations les plus pauvres.

La pandémie du Coronavirus menace la vie de millions de personnes dans les pays les plus pauvres, à cause de la maladie mais aussi de ses impacts économiques et sociaux. Chaque jour, des femmes et des hommes doivent prendre le risque de s’exposer Coronavirus ou de mourir de faim. Nos équipes agissent pour apporter une aide vitale, aussi bien médicale qu’alimentaire et économique aux familles les plus vulnérables. 

L'association CARE apporte une aide d'urgence aux populations pauvres frappées par le Coronavirus
CARE

Coronavirus : la double peine pour les populations les plus pauvres à travers le monde.

Le Coronavirus peut toucher chacun et chacune d’entre nous, mais il frappe plus durement les populations les plus pauvres à travers le monde.Beaucoup de pays vulnérables mettent tout en œuvre pour prévenir la propagation du Coronavirus car leurs systèmes de santé sont très faibles. Mais pour les populations pauvres qui vivent au jour le jour, les mesures de confinement sont quasiment impossibles à respecter. Des milliards de personnes à travers le monde n’ont pas d’autres choix que de s’exposer au Coronavirus pour essayer de trouver de quoi survivre. C’est un dilemme impossible.

Mohammed au Liban en témoigne: « Le gouvernement dit que je dois rester à la maison. Mais nous n’avons même plus un morceau de pain et mes enfants ne mangent plus. Alors je sors tous les jours pour essayer de trouver du travail ou à manger. Avant, je vendais des pains et du café dans les rues. Je gagnais 3000 livres (moins de 2€) par jour. Déjà au début du Coronavirus, c’était dur. Les gens avaient peur de sortir et je n’arrivais pas à vendre mes cafés. C’est devenu pire au fur et à mesure. Et maintenant je n’ai plus rien. Certains jours, un magasin me donne quelques œufs pour les enfants, je suis obligé de mendier. Je ne sais pas comment continuer. Si on était seuls avec ma femme, on irait vivre dans la rue mais j’ai quatre enfants. »

Désormais Ahmed est soutenu par les équipes de CARE. Mais dans un monde où 821 millions de personnes souffrent déjà de sous-nutrition selon l’ONU, la pandémie de Coronavirus va aggraver la situation. 

Coronavirus : une bombe à retardement qui aggrave les inégalités sociales.

Les cris d’alertes sont nombreux : il faut agir immédiatement ou l’extrême pauvreté pourrait exploser dans le monde. Les mesures de confinement prises à travers le monde impactent déjà 81% des forces de travail, selon l’OIT. 

« Nous craignons un effondrement social sans précédent pour les populations dont les revenus dépendent d’activités précaires. Et la situation est pire dans les pays les plus vulnérables où l’économie informelle domine : deux milliards de personnes exercent une activité sans contrat et mesures de protection sociale comme le chômage partiel, à travers le monde », explique Philippe Lévêque, directeur de CARE France. 

Un demi-milliard de personnes supplémentaires pourraient ainsi basculer dans la pauvreté à cause du Coronavirus, ont alerté nos confrères d’Oxfam. Cela pourrait constituer à l’échelle mondiale un recul de dix ans dans la lutte contre la pauvreté. Et cela serait un recul de trente ans dans certaines régions comme en Afrique subsaharienne, au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord. 

Solidarité internationale : l’aide alimentaire et financière est tout aussi importante que l’aide médicale.

Dans les pays les plus pauvres où les systèmes de soins sont insuffisants et les économies fragiles, les ONG sont en première ligne pour lutter contre les multiples impacts du Coronavirus. C’est pourquoi, CARE renforce ses programmes de santé, d’accès à l’eau et aux produits d’hygiène, tout en menant des distributions alimentaires et en apportant un soutien financier aux familles les plus vulnérables. Notre mission est d’apporter une aide d’urgence complète.

Mais il faut faire plus ! Nous avons besoin d’une mobilisation de la communauté internationale à la hauteur de la crise sociale qui va précipiter des milliards de familles dans des situations extrêmement difficiles. Plusieurs pays, tels que l’Inde ou le Pérou, ont annoncé la création d’aides pour les plus pauvres. La Banque mondiale et l’Union européenne ont aussi annoncé de mesures de soutien pour les pays les plus vulnérables. L’OCDE, le G20 et les Nations Unies doivent également se mobiliser.

Ensemble, nous pouvons éviter des drames humains, tout aussi sanitaires qu’économiques. Vous aussi pouvez agir à votre niveau. Chaque don peut sauver des vies !

Alliance urgences : CARE unit ses forces avec 5 autres ONG pour répondre à l’urgence Coronavirus. Faites un don pour soutenir nos actions !

Action Contre la Faim, CARE France, Handicap International, Médecins du Monde, Plan International et Solidarités International agissent en France tout comme dans les zones les plus vulnérables de la planète pour lutter contre les impacts du Coronavirus. Chacune de nos ONG a ses spécialités d’intervention, nous sommes toutes complémentaires. Nos équipes sont à pied d’œuvre pour renforcer nos actions humanitaires : santé, eau potable, nutrition, protection, éducation, soutien économique.

Pour en savoir plus : allianceurgences.org