15 avril 2020

Coronavirus : premier cas au Yémen et reprise d’Ebola en RDC, les inquiétudes de l’ONG CARE

Dans les pays les plus vulnérables, déjà en proie à une crise 
humanitaire, la pandémie de Coronavirus fait craindre le pire. C’est le cas notamment du Yémen, pire crise humanitaire au monde, où a été recensé le premier cas de Coronavirus, ou encore de la République Démocratique du Congo, qui en plus du Coronavirus, doit faire face à une reprise de l’épidémie d’Ebola. Les équipes de CARE sur le terrain témoignent de leurs inquiétudes.

Aaron Brent, directeur de CARE au Yémen :

« Un premier cas de Coronavirus a été déclaré au Yémen. Avec seulement la moitié des hôpitaux encore pleinement fonctionnels et 500 ventilateurs disponibles à travers le pays pour 28 millions d'habitants, nous craignons une véritable tragédie. Après cinq ans de guerre, de multiples épidémies de choléra mais aussi de dengue et de diphtérie, la population est très vulnérable et le système de santé en ruine. 

Nos équipes font tout ce qu’elles peuvent pour soutenir le système de santé, mais lorsque nous voyons des pays comme la France ou les États-Unis qui peinent à faire face, nous redoutons le pire dans un pays où se déroule la pire crise humanitaire au monde. »

Benoit Munsch, directeur de CARE en République Démocratique du Congo :

« Alors que le pays s’apprêtait à annoncer la fin de l’épidémie d’Ebola, la résurgence de la maladie est une très mauvaise nouvelle. Nous nous préparons à faire face à la pandémie de Coronavirus et craignons également une épidémie de rougeole… Les services de santé du pays ne sont pas en capacité de faire face, cela risque d’être catastrophique pour la population.

D’autant plus que le risque de propagation du Coronavirus est plus élevé que celui d’Ebola : il peut se propager sans contact direct et certaines personnes contaminées peuvent ne présenter aucun symptôme. L’un de nos principaux défis est donc de faire prendre conscience de sa contagiosité et de l’importance d’adapter des comportements pour lui faire barrière. Au début de l’épidémie d’Ebola, le manque de communication avait entraîné de fausses rumeurs - au point que certaines personnes fuyaient les centres de santé de peur de recevoir un traitement. Les équipes de CARE, à Béni notamment, sont à pied d’œuvre pour sensibiliser la population et soutenir les centres de santé face à cette nouvelle épreuve. »

Alliance urgences : CARE unit ses forces avec 5 autres ONG pour répondre à l’urgence Coronavirus.

Dans le monde, CARE unit ses forces avec 5 autres ONG pour répondre à l’urgence Coronavirus en France tout comme dans les zones les plus vulnérables de la planète. Ensemble, nous sommes plus forts et complémentaires : Action Contre la Faim, CARE France, Handicap International, Médecins du Monde, Plan International et Solidarités International