06 août 2020

Explosions au Liban. " Beyrouth, déjà au bord de l’abîme, semble l'avoir trouvé ce 4 août ” témoigne l’ONG CARE

Deux jours après la double explosion qui a eu lieu dans le port de Beyrouth, le bilan toujours provisoire fait état d’une centaine de morts, de milliers de blessés et de plus de 300 000 personnes qui se retrouvent sans domicile. Déjà en proie à une terrible crise économique aggravée par la pandémie mondiale de Covid-19, c’est une tragédie de plus qui vient frapper la population libanaise déjà très affaiblie. La situation est catastrophique. Sur place, l’ONG CARE se mobilise pour venir en aide aux Libanais et lance un appel à don.

Une grande partie de la ville de Beyrouth a été ravagée

« Il y a des centaines de personnes disparues, leurs proches les cherchent partout en vain. Et puis il y a le sang, le sang sur les vêtements des gens qui ont été blessés et cherchent à quitter leurs maisons trop endommagées pour pouvoir y passer la nuit. Un sac sur le dos, ils errent dans les rues en attendant qu’un membre de leur famille viennent les chercher. » 

Ce sont les premiers mots que nous a envoyé notre collègue Patricia Khoder de CARE au Liban pour nous décrire la situation.

« L’explosion qui a eu lieu à Beyrouth est la plus grosse explosion non nucléaire jamais enregistrée. Du centre-ville, aux quartiers Est de Gemmayzé jusqu’à Mar Mikhaël en passant par Saïfi et le port, il n’y a plus que des squelettes d’immeubles en béton ou en acier, le reste a volé en éclats. En certains endroits, la structure en acier a fondu. Une destruction digne d’un film de fiction. Il ne reste plus rien de ma ville, Beyrouth, que ses habitants, qui ont appris à survivre, vivoter, être résilients. Mais face à l’ampleur de la situation, la résilience ne suffira pas, nous avons besoin d’aide », explique-t-elle. 

Une catastrophe qui touche une population libanaise déjà à bout de souffle

Depuis plusieurs mois, le pays souffre d’une grave crise économique, et alors que la moitié de la population rencontre des difficultés à se nourrir, cette catastrophe menace de noircir encore le tableau : le port de Beyrouth, au-delà de son importance économique, abrite la majorité des réserves de nourriture du pays. De plus, les hôpitaux de la ville sont déjà débordés par les cas de COVID qui ont triplé le mois dernier, ou pour certains ont été endommagés ou détruits par l’explosion. 

« Nous pensions déjà vivre le pire et pourtant… C’est une véritable descente aux enfers. Beyrouth, déjà au bord de l’abîme, semble l'avoir trouvé en ce 4 août 2020. Avec la crise, nous avions déjà du mal à faire face à l’ampleur des besoins humanitaires mais suite à l’explosion, des centaines de milliers de personnes ont tout perdu et vont avoir besoin de notre aide. Les équipes de CARE sont à pied d’œuvre pour répondre aux besoins les plus urgents - abris, nourriture, soutien psycho-social - et soutenir les efforts de reconstruction. Mais pour venir en aide au plus grand nombre, nous avons besoin de votre soutien, votre don peut sauver des vies. »

Contact médias
Des porte-paroles francophones sont disponibles pour des interviews. Contactez Camille Nozières, nozieres@carefrance.org, 0786004275
Alliance Urgences : 6 ONG unies pour aider le Liban

CARE unit ses forces avec 5 autres ONG pour répondre à l’urgence au Liban. C'est l'Alliance Urgences. Ensemble, nous sommes plus forts et complémentaires : Action Contre la Faim, CARE France, Handicap International, Médecins du Monde, Plan International et Solidarités International.