13 août 2020

À Beyrouth, après l'explosion, la situation des réfugiés et migrants inquiète l’ONG CARE

Au Liban, les réfugiés représentent 20% de la population, pour la majorité des Syriens ayant fui la guerre. Déjà très vulnérables, ils sont les plus impactés par la crise économique et la grande majorité d’entre eux vit sous le seuil de pauvreté, dans des conditions très précaires. Après l’explosion de la semaine dernière, qui a ravagé une partie de Beyrouth, l’ONG CARE est très inquiète des répercussions sur les plus de 200 000 réfugiés qui y vivent. Explications de Bujar Hohxa, directeur de CARE au Liban.

« Il y a plus de 250 000 travailleurs migrants dans le pays et 200 000 réfugiés qui vivent actuellement à Beyrouth - la majorité vient de Syrie. Ils étaient déjà parmi les plus touchés par la crise économique, car la plupart n’ont pas de revenus stables pour pouvoir se nourrir convenablement, beaucoup vivaient déjà dans des abris temporaires, des tentes. Leur situation, déjà incroyablement précaire, se trouve encore aggravée par l’explosion », alerte Bujar Hohxa, directeur de CARE au Liban

Un grand nombre de travailleurs migrants travaillaient dans le port de Beyrouth et dans les usines environnantes, des dizaines d’entre eux ont été tués par l'explosion.

 « Mon ami Abdelmouein a été tué dans l’explosion, il n’avait que 23 ans. Comme moi, il vient de Syrie, nous travaillions ensemble dans une usine de laine dans le quartier de la quarantaine. Le jour de l’explosion, après sa journée de travail il a voulu se reposer dans l’un des lits mis à disposition dans l’enceinte de l’usine. Quelques minutes après s’être assoupi, l'explosion a eu lieu et un mur est tombé sur lui. Avec l’un de ses cousins nous l’avons enterré dans la plaine de la Bekaa, loin de sa famille qui est en Syrie », témoigne Abdallah, un jeune Syrien de 17 ans.

Bien que notre priorité immédiate soit de fournir de la nourriture et des abris, il ne faut pas sous-estimer l’impact de cet événement sur la santé psychique. Dans le cas des réfugiés syriens, beaucoup souffrent déjà de chocs et de traumatismes après avoir fui la guerre et les violences. C’est pourquoi, dans les prochains jours, les équipes de l’ONG CARE au Liban vont renforcer les actions de soutien psychosocial.

« Beyrouth compte également des milliers de travailleuses domestiques qui viennent de l'étranger et dépendent entièrement des caprices de leurs employeurs. Avant l’explosion, nombre d'entre elles étaient mises à la rue car leurs employeurs ne pouvaient plus les payer du jour au lendemain en raison de l'hyperinflation. Et nous craignons que ce phénomène prenne encore de l'ampleur car l'explosion a détruit des milliers de maisons. Nous sommes également particulièrement préoccupés par les femmes réfugiées qui, en période de crise, sont plus exposées et plus vulnérables aux violences. C’est pourquoi, dans l’élaboration de notre réponse humanitaire d’urgence, nous portons une attention toute particulière aux besoins des femmes et des filles », alerte Bujar Hohxa, directeur de CARE au Liban

Contact médias
Des porte-paroles francophones sont disponibles pour des interviews. Contactez Camille Nozières, nozieres@carefrance.org, 0786004275
Alliance urgences : CARE unit ses forces avec 5 autres ONG pour répondre à l’urgence au Liban

CARE unit ses forces avec 5 autres ONG pour répondre à l’urgence au Liban. C'est l'Alliance Urgences. Ensemble, nous sommes plus forts et complémentaires : Action Contre la Faim, CARE France, Handicap International, Médecins du Monde, Plan International et Solidarités International.