11 décembre 2020

Nouvel objectif européen pour le climat : rehausser c’est bien, sans tricher sur l’ambition, c’est mieux

À quelques heures de l’anniversaire de l’Accord de Paris, le Réseau Action Climat, dont CARE est membre, estime que l’accord obtenu après une longue nuit de négociations marque une étape indispensable dans la lutte contre le dérèglement climatique. Mais cette ambition est un trompe-l’œil qui devra être corrigé dans la mise en œuvre.

© CARE

Une avancée en demi-teinte pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre en Europe

À quelques heures de l’anniversaire de l’Accord de Paris, le Réseau Action Climat, dont CARE est membre, estime que l’accord obtenu après une longue nuit de négociations sur le nouvel objectif climatique européen, au moins -55 % d’émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030, marque une étape indispensable dans la lutte contre le dérèglement climatique. 

Mais cette ambition est un trompe-l’œil qui devra être corrigé dans la mise en œuvre.En effet, les dirigeants européens ont inclus les puits carbone dans l’objectif, comptant ainsi sur l’absorption du CO2 par les forêts et les sols, plutôt que sur des efforts secteur par secteur pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. La baisse réelle des émissions se limiterait ainsi à 50-52 % selon la Commission européenne : décevant face à l’accélération de la crise climatique.

Face au réchauffement climatique, l’Europe ne doit pas faire de compromis sur ses objectifs

Le Réseau Action Climat dont CARE fait partie demande donc au Parlement européen et aux gouvernements de rectifier le tir et de travailler à une mise en œuvre du Green Deal européen qui aille bien au-delà des 55 %. 

Pour limiter la température globale à +1,5°C, l’Union européenne devrait baisser ses émissions de 65 % d’ici à 2030. Les plans de relance européen et nationaux doivent permettre d’aligner les investissements sur l’ambition climatique. Cela implique également de mettre fin aux financements incohérents pour le climat et l’environnement.

Les États européens ne peuvent soutenir les énergies polluantes s'ils veulent respecter leurs ambitions

En défendant les intérêts du nucléaire, la France a pris, une fois de plus, le risque de semer la division sur le climat. 

Cette posture inacceptable soutenue par la Pologne et la Tchéquie a ouvert la boîte de Pandore à toutes les fausses solutions comme le gaz fossile qui se voit reconnaitre un rôle dans la transition. Investir dans le gaz aujourd’hui risque de rendre nos objectifs climatiques complètement inatteignables.

Une ambition climatique à la hausse qui doit être portée au niveau national

Après avoir porté la rehausse de l’ambition climatique en Europe, le Réseau Action Climat dont CARE fait partie demande à Emmanuel Macron de la traduire au niveau national. 

La France doit prendre sa part à l’objectif climatique européen, en se fixant le même objectif, soit au moins 55 % de baisse des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. Cet objectif est atteignable, mais il implique que toutes les mesures de la Convention Citoyenne pour le Climat soient mises en œuvre et renforcées.

À un an de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, la France doit montrer l’exemple dans la mise en œuvre de l’ambition européenne sur le climat.

Contact médias

Nos expertes sont disponibles pour des interviews. Contactez Laury-Anne Bellessa : bellessa@carefrance.org, 06 24 61 85 37

À propos de CARE :

CARE est l’un des plus grands réseaux humanitaires au monde créé en 1945. La lutte contre les impacts climatiques est l’une des priorités stratégiques de nos actions de lutte contre l'extrême pauvreté et les injustices.

  •  CARE soutient les populations affectées par des chocs climatiques ponctuels (tempête, inondations) ou de long terme (variabilité des saisons et des précipitations).
  •  CARE met en place des programmes de préservation de l'environnement et d'adaptation au changement climatique : soutien agricole aux communautés qui souffrent de la disparition des glaciers ; mise en place de réseaux d'accès à l'eau ; projets de plantation de mangroves et de restauration de systèmes de défense côtiers.
  •  CARE participe également aux négociations internationales sur le climat et mène des actions de plaidoyer pour inciter les gouvernements à mettre en oeuvre des politiques climatiques ambitieuses.