13 janvier 2021

Mobilisations : les trois combats phares de CARE pour 2021

On ne lâche rien en 2021 ! Violences contre les femmes, réchauffement climatique, ventes d'armes... CARE demande au gouvernement français d'agir pour plus de justice sociale et climatique en France et dans le monde. Voici les trois gros dossiers que nous suivrons de près cette année, avec votre soutien.

manifestation climat CARE Londres
© CARE

Lutte contre les violences sexistes au travail : la loi française doit changer

Un pays sur trois n’a pas de législation contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail.

La France, elle, doit faire plus et s'inspirer des mesures fortes prises par certains États pour protéger les femmes au travail, comme en Espagne et en Nouvelle Zélande. 

En 2020, la ministre du travail Elisabeth Borne s’est engagée à ratifier rapidement la Convention 190 de l’Organisation Internationale du Travail contre les violences sexistes et sexuelles au travail. Cette annonce est une victoire obtenue grâce à la mobilisation de vous toutes et tous, aux côtés de CARE et d’une trentaine d’ONG et syndicats. 

Il faut maintenant que la France mette en œuvre son engagement. Nous rencontrerons prochainement le gouvernement pour lui demander de faire évoluer les lois françaises afin de renforcer la prévention contre les violences sexistes et sexuelles au travail et d'assurer une réelle protection des victimes. 

Ventes d’armes : la France ne doit pas faire passer ses intérêts commerciaux avant les vies de civils

Troisième pays exportateur d’armes au monde, la France doit cesser de vendre des armes à des pays soupçonnés de les utiliser contre des civils innocents.

Au Yémen, deux des principaux clients d’armes françaises bombardent hôpitaux, écoles et marchés.

Fin 2020, les parlementaires ont demandé à participer au contrôle des exportations d’armes françaises, qui jusqu’à maintenant reste exclusivement entre les mains du pouvoir exécutif. C’est une victoire qui répond à deux ans de mobilisation portée par 20 000 d’entre vous, CARE et d’autres ONG humanitaires et de défense des droits humains.

Mais le combat est loin d’être terminé : une note “confidentiel défense” circulant au sein du gouvernement appelle à enterrer la demande des parlementaires. Cette année, CARE va rencontrer parlementaires et ministres pour que la France mette tout en œuvre pour ne pas se rendre complice de violations graves des droits humains.

Urgence climatique : les États doivent agir rapidement !

Fin 2020, seul un tiers des États (70 sur 200) qui s’étaient engagés à soumettre de nouveaux plans d’action climatique ont respecté l’échéance.

Il est vital qu’ils accélèrent leur action climatique d’ici 2030 pour ne pas dépasser la limite des 1,5°C de réchauffement !

L’Union européenne a fait un pas dans la bonne direction en annonçant sa volonté de réduire ses émissions d’au moins 55% d’ici 2030. Mais elle doit aller plus loin et viser -65% pour contribuer sa juste part. 

En vue de la COP26 reportée à novembre 2021, nous demanderons aux pays du G20, les principaux émetteurs de gaz à effet de serre, de prendre des mesures ambitieuses et concrètes afin de réduire leurs émissions. Les pays les plus riches doivent aussi massivement augmenter leurs financements dédiés au climat sous forme de dons (et non de prêts) pour aider les pays du Sud particulièrement vulnérables aux impacts climatiques. Il faut soutenir l’adaptation au changement climatique, répondre aux pertes et dommages irréversibles (disparition des territoires face à la montée du niveau des mers, salinisation des terres qui ne sont plus cultivables) et soutenir l’action-clé des femmes face au changement climatique.

Merci d’avance pour votre soutien qui est essentiel pour faire bouger les lignes !