21 janvier 2021

Sommet adaptation climat : les mensonges des pays émetteurs

Le 25 janvier prochain s’ouvrira le premier sommet international pour l’adaptation au changement climatique. À cette occasion, l’ONG CARE révèle dans un rapport que les pays les plus riches, dont la France, ont largement surestimé (de 42% ) leurs financements entre 2013 et 2017 en soutien à des projets d’adaptation. 

L'association CARE France fait de la lutte contre le changement climatique une priorité
© John Hewat/CARE

Les pays riches ont surestimé de 42% leurs financements

En 2009, les États développés se sont engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour aider les pays vulnérables à faire face au changement climatique. En 2015, ils promettaient de rétablir un équilibre entre financements pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour l’adaptation. Non seulement ils n’ont tenu aucune de ces promesses mais en plus, le nouveau rapport de l’ONG CARE révèle que, depuis 2013 les pays riches et les institutions internationales exagèrent régulièrement leurs financements alloués à l’adaptation au changement climatique des pays en développement.  

Analysant des financements alloués à 112 des plus gros projets d’adaptation dans 6 pays d’Afrique et d’Asie, menés entre 2013 et 2017, l’étude de CARE révèle notamment que :  

  • La France a surestimé un total de 104 millions de dollars. Cela comprend notamment 93 millions de dollars alloués à un programme de financement des collectivités locales et de décentralisation fiscale aux Philippines pour aider à renforcer la gouvernance locale. Seul 5% du budget est affecté aux objectifs d’adaptation au climat.  
  • La Banque mondiale a surestimé un total de 832 millions de dollars, dont 328 millions de dollars pour un projet de reconstruction suite à un tremblement de terre au Népal. Ce projet est une réponse à un risque non lié au changement climatique, pourtant 86% de son budget est déclaré comme financement pour l'adaptation au changement climatique. 
  • Le Japon a surestimé plus de 1,3 milliard de dollars. Cela comprend 432 millions de dollars, qui ont en réalité servi à soutenir de deux grands projets pour répondre à l'augmentation croissante du trafic routier: le «Pont de l’amitié Nhat-Tan» et le «Projet de construction de l’autoroute nord-sud» au Vietnam. Ils ont pourtant été déclarés dans leur intégralité comme soutien financier aux objectifs d'adaptation. 

La France ne fait pas exception

« Les besoins en adaptation des pays les plus vulnérables au dérèglement climatique, pourtant les moins responsables des émissions de gaz à effet de serre, s’élèvent actuellement à 70 milliards de dollars US par an. Face à l’urgence climatique, ce sont leurs populations qui doivent trouver au plus vite des solutions pour maintenir des récoltes agricoles suffisantes et un niveau de revenus permettant de répondre aux besoins essentiels (santé, éducation..). Les pays les plus riches manquent cruellement à leurs obligations en débloquant des enveloppes financières bien en-dessous des besoins et en surestimant gravement et sciemment leurs investissements climatiques en faveur de l’adaptation.  

La France ne fait malheureusement pas exception. Il est temps de rectifier le tir. Suite aux décevantes annonces qu’il a faites au Sommet Ambition Climat, Emmanuel Macron doit prouver qu'il prend la question au sérieux et passer à la vitesse supérieure. D’ici à la COP26, CARE appelle Emmanuel Macron et son gouvernement à annoncer un nouvel objectif de financements climat pour atteindre 8 milliards d’euros par an d’ici à 2025, dont la moitié pour l’adaptation et 35 % sous forme de dons. La France doit également remédier sans attendre au manque de transparence mis en lumière dans notre rapport. On ne joue pas avec des vies humaines et c’est ce dont ils s’agit lorsque l’on parle d’adaptation », explique Fanny Petitbon, experte climat de l’ONG CARE. 

Contact médias

Des porte-paroles sont disponibles pour des interviews. Contactez Camille Nozières : nozieres@carefrance.org / 07 86 00 42 75

Notes aux rédactions

Pour consulter le rapport de CARE cliquez ici

  • L'évaluation menée par CARE - en collaboration avec des organisations de la société civile au Ghana, en Ouganda, en Éthiopie, au Népal, au Vietnam et aux Philippines – a porté sur les plus gros projets d’adaptation réalisés entre 2013 et 2017. Soit sur 112 projets soutenus par 25 bailleurs de fonds (dont Danemark, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni, Union européenne, Banque mondiale, Fonds Vert pour le Climat) qui représentent 10% des projets de cette période. Si le niveau de surdéclaration (42%) identifié dans cette analyse se retrouve appliqué aux financements pour l'adaptation alloués par les pays développés à l’ensemble des pays en développement en 2018, les estimations de l'OCDE passeraient de 16,8 milliards de dollars à 9,7 milliards de dollars seulement. 
  • Publié le 14 janvier 2021, un rapport des Nations unies sur les financements pour l’adaptation soulignent que de plus en plus de pays (72%) font des efforts en matière de planification à l’échelle nationale pour aider leurs populations à s’adapter mais que les financements actuels à destination des pays vulnérables sont tout à fait insuffisants et ne permettent pas de véritablement et durablement réduire les risques climatiques. Cette situation est d’autant plus préoccupante que les besoins actuels d’adaptation des pays en développement sont estimés à 70 milliards de dollars US par an, et qu’ils pourraient atteindre jusqu’à 300 milliards par an et 500 milliards par an, respectivement d’ici 2030 et 2050.  
  • L’Accord de Paris était le premier à intégrer et reconnaitre l’importance des enjeux de droit et humains et de genre en exigeant que les mesures d'adaptation «suivent une approche impulsée par les pays, sensible au genre, participative et totalement transparente, en tenant compte des groupes vulnérables, des communautés et des écosystèmes». C’est pourquoi pour l’élaboration de ce rapport CARE a également analysé si les projets prenaient en compte l'égalité des sexes et la réduction de la pauvreté. Or, fait inquiétant, 47% des projets d'adaptation dans les six pays n'intègrent pas l'égalité des sexes.