08 avril 2021

Entrepreneuriat. Comment CARE encourage les femmes à devenir cheffes d’entreprises

Dans le monde, les femmes sont les premières victimes de la pauvreté et des discriminations. En mettant les femmes à l’écart de l’emploi, ces pratiques sexistes contribuent à l’extrême pauvreté. C’est pourquoi CARE encourage et accompagne les femmes dans la création de leurs propres entreprises !

© CARE

Former les femmes à la gestion d’entreprise : une étape cruciale

Créer son entreprise nécessite des compétences importantes : une première discrimination pour de nombreuses femmes dans le monde privées d’accès à l’éducation dès leur plus jeune âge. C’est pourquoi les équipes de CARE accompagnent et forment chaque année de nombreuses femmes à la création et à la gestion d’un commerce ou d’une affaire.

« CARE nous a formées à la gestion financière, aux techniques de commercialisation et au marketing pour que nous puissions gérer au mieux nos pépinières. C’est une aide indispensable pour acquérir de nouvelles compétences », explique Amy, présidente d’une organisation communautaire de femmes pépiniéristes aux Philippines.

Adaptées au niveau de chacune, ces formations contribuent au bon lancement de leur activité et à leur pérennité, mais renforcent également leur confiance en elles pour saisir de nouvelles opportunités économiques, sociales et politiques. Indépendantes financièrement, elles peuvent décider de leur avenir ! 

Les groupes d’épargne de femmes : la solidarité féminine comme tremplin pour lancer son entreprise

groupe d'épargne de femmes au Niger
© CARE

Lorsqu’elles souhaitent lancer leur affaire, de nombreuses entrepreneuses se retrouvent confrontées au manque de financement. Pourquoi ? Notamment parce que les normes sexistes ont la vie dure : peu de banques acceptent de leur prêter de l’argent par peur de ne pas être remboursées. 

« Lorsque nous allons à la banque pour demander un prêt, on nous le refuse parce que nous n'avons pas de garanties », explique Yeo en Côte d’Ivoire. 

Depuis 30 ans maintenant, CARE a trouvé une solution ingénieuse : les associations villageoises d’épargne et de crédit ! Le principe ? Des groupes de femmes se réunissent pour épargner ensemble de petites sommes d’argent, leur permettant ensuite de se faire des prêts les unes aux autres et ainsi créer leur propre petite entreprise !

« Grâce à l’épargne, j’ai pu lancer deux petites entreprises dont les revenus m’ont permis d’envoyer mes enfants à l’école et de reconstruire ma maison », explique Philomène à Madagascar.

Un formidable exemple du pouvoir de la solidarité ! 

L’entrepreneuriat féminin pour lutter contre les inégalités de genre

Partout dans le monde, les normes sexistes réduisent les droits des femmes et leurs perspectives d’avenir.

Elles sont souvent en charge des tâches non rémunérées telles que le travail domestique et la garde des enfants. En tenant les femmes à l’écart de l’emploi et de l’autonomie financière, ces inégalités contribuent à alimenter le cercle vicieux de la pauvreté et privent les familles d'une source de revenu. C’est pourquoi CARE sensibilise également les communautés à l’égalité femmes-hommes : en travaillant main dans la main, les familles peuvent mieux répondre à leurs besoins. 

« Cette formation de CARE nous a fait comprendre qu’il n’y a pas de travail de femme ou d’homme. Aujourd’hui, nous travaillons à la ferme, préparons la nourriture et nous occupons des enfants ensemble. Je suis très heureuse que nous partagions les responsabilités », raconte Marlena en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Grâce aux projets de soutien à l’entrepreneuriat féminin portés par CARE, elles peuvent sortir de la pauvreté, prendre soin de leur famille et permettre à leurs enfants et notamment aux filles d’aller à l’école. 

« Le prêt m’a permis d’ouvrir ma propre épicerie. Tout ce que je souhaite, c’est que ma fille aille à l’école pour qu’elle puisse viser plus haut que moi », explique Vibol au Cambodge.

Elles prennent également confiance en elles pour défendre leurs droits et lutter contre les inégalités, à la maison comme au sein de leurs communautés. 

Un don de 55€ soit 13,75€ après déduction fiscale, aide par exemple une femme à obtenir une machine à coudre pour lancer son entreprise.
Avec un don de 75€ soit 18,75€ après déduction fiscale, vous permettez par exemple à 5 agricultrices d'acquérir de nouvelles compétences agricoles.