09 avril 2021

Venezuela : des milliers de personnes fuient les violences à la frontière colombienne

Ces deux dernières semaines, au moins 5 500 Vénézuéliens ont franchi la frontière entre Apure et le département colombien d’Arauca pour fuir de violents affrontements entre l’armée vénézuélienne et des groupes armés colombiens. L’ONG CARE alerte sur une aggravation de la situation humanitaire. 

« Les personnes arrivant en Colombie racontent avoir fui les menaces, les détentions arbitraires mais aussi des bombardements aériens. Ce mercredi 31 mars, 300 personnes fuyant les violences, sont arrivées dans la ville colombienne de Saraneva. Mais la ville n’est pas équipée pour les accueillir : beaucoup dorment dehors, dans des camps de fortunes, des écoles, sur le terrain de basket… Le gouvernement colombien a mis en place des services de secours pour les personnes récemment arrivées à la frontière mais les ressources sont limitées et les services surchargés. En effet, la Colombie accueille déjà plus de 1,7 million de réfugiés vénézuéliens ayant fui la crise ces dernières années.

Ce conflit armé aggrave encore la situation déjà très précaire des réfugiés vénézuéliens. Les femmes et les filles qui traversent la frontière sont particulièrement en danger, exposées aux violences sexistes et abus sexuels. Si les combats et les violences se poursuivent, nous devons nous attendre à voir plus de personnes venir chercher refuge en Colombie, nous craignons une aggravation de la situation humanitaire déjà désastreuse », explique Tatiana Bertolucci, directrice de CARE en Amérique latine. 

Contact médias

Des porte-paroles francophones sont disponibles dans la région. Contactez Camille Nozières : nozieres@carefrance.org, 07 86 00 42 75

Notes aux rédactions
  • Selon l’UNICEF et les organisations humanitaires sur le terrain, 4 personnes déplacées sur 10 sont des enfants, et 1 sur 3 sont des femmes.
  • CARE et ses partenaires travaillent en Colombie pour apporter une aide humanitaire aux migrants et réfugiés vénézuéliens et aux populations hôtes dans les régions de Nariño, Santander et Norte de Santander en apportant une attention particulière aux besoins des femmes et des filles.