19 mai 2021

Interpellez votre gouvernement contre les violences sexistes et sexuelles : #StopTalkingStartFunding

En 2021, il faut de l’argent pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles. Le 30 juin, la France accueillera le Forum Génération Égalité. Les collectifs Générations Féministes et #NousToutes lancent la campagne mondiale #StopTalkingStartFunding afin que les États prennent de véritables engagements financiers contre ces violences. Vous pouvez agir ! 

L'association CARE et Nous Toutes luttent contre les violences faites aux femmes.

Un manque criant de financements pour lutter contre les violences

Cinq ans après la vague #MeToo et de nombreuses mobilisations partout dans le monde, les témoignages continuent de révéler l’ampleur et la nature systémique des violences basées sur le genre. Ces violences touchent particulièrement les personnes subissant des discriminations en raison de leur situation de handicap, de leur situation économique, sociale, administrative, leur origine géographique, leur identité de genre, leur âge, leur couleur de peau, leur orientation sexuelle, leur religion, leur opinion politique.

Le 11 mai, pour les dix ans de la Convention d’Istanbul, 24 ministres européens européens ont signé une tribune afin de rappeler leur attachement à ce texte historique dans la lutte contre les violences à l’égard des femmes. Le 12 mai, Emmanuel Macron a lancé un appel à la mobilisation internationale « car il nous reste beaucoup à faire, y compris en France ». Ces prises de paroles politiques sont importantes, mais elles ne sont pas suffisantes : en plus de l’action diplomatique, il est urgent que les États du monde entier augmentent de façon durable et significative les moyens financiers alloués à la lutte contre les violences. En tant que pays co-organisateur du Forum Génération Égalité, la France est doublement attendue sur ce sujet, aussi bien sur son action au niveau national qu’à l'international.

Nous avons besoin de vous : interpellez votre gouvernement pour mettre fin à ces violences !

C’est pourquoi les collectifs Générations Féministes et #NousToutes lancent la campagne #StopTalkingStartFunding. Elle s’articule autour de deux revendications : 

  • Dédier à minima 0.1% du produit intérieur brut (PIB) de chaque État à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles ; 
  • Garantir et faciliter l’accès à la justice pour les victimes.

Et vous aussi, vous pouvez agir ! Rendez-vous sur https://www.stoptalkingstartfunding.org/ pour interpeller votre chef ou cheffe d’État. Le message est clair : pour mettre fin aux violences basées sur le genre, il est temps de mettre de l’argent sur la table. En d’autres termes : “Stop Talking, Start Funding” !

Rendez-vous le 23 juin pour le Tour du monde féministe

La campagne culminera du 23 au 24 juin. A une semaine du Forum Génération Égalité se tiendra le Tour du monde féministe : 24h pour mettre fin aux violences. Des féministes de tous les continents s’uniront pour dénoncer l’inaction des États et exiger plus de moyens pour lutter contre les violences basées sur le genre.

Rejoignez #StopTalkingStartFunding, interpellez dès maintenant votre gouvernement et rendez-vous le 23 juin et 24 juin !

L'action de CARE : lutte contre la pauvreté et défense des droits des femmes

Depuis 75 ans, CARE est une association de solidarité internationale qui lutte contre l’extrême pauvreté et les violences. En 2020, CARE a aidé plus de 92 millions de personnes dans plus de 100 pays dans le monde. Les femmes sont au coeur de nos actions car elles sont les premières victimes de la pauvreté dans le monde. 

L'union fait la force ! 

En plus de nos programmes de développement sur le terrain, CARE est engagée dans plusieurs coalitions d'acteurs féministes. L'objectif ? Inciter les États à défendre l'égalité.

Ainsi en France, nous participons aux collectifs Générations Féministes et #NousToutes pour demander aux États d'allouer plus de moyens financiers à la lutte contre les violences faites aux femmes. En parallèle, nous agissons aussi avec Action Aid et la CGT pour demander une évolution de la loi française contre les violences sexistes et sexuelles au travail, dans le cadre de la ratification de la toute première convention internationale sur ce sujet.