20 juin 2021

Réfugiées : elles n’imaginaient pas fuir leur pays un jour, voici leur récit

Dans le monde, le nombre de réfugiés atteint de tristes records. Guerres, violences, persécutions : ils sont des millions à fuir leur pays. Deux femmes, soutenues par nos équipes, vous racontent leur histoire.

Tout perdre et devenir réfugiée en Turquie ? Loujain ne l’aurait jamais imaginé.

Portrait de Loujain réfugiée syrienne en Turquie soutenue par CARE
© CARE


« Enfants, avec mes amis, nous nous amusions à imaginer où nous serions en 2020. Je n’aurais jamais pensé avoir à fuir mon pays et perdre certains de mes amis tués pendant la guerre », se souvient Loujain.

En Syrie, plus de 10 ans de guerre ont brisé la vie des populations. Malgré ces terribles épreuves, Loujain n'a jamais baissé les bras ! À son arrivée en Turquie, elle rejoint un réseau d’entraide de réfugiés et rencontre nos équipes. Grâce à l'aide de CARE, Loujain a lancé sa propre entreprise pour subvenir aux besoins de sa famille. Même durant la pandémie, la jeune entrepreneuse a su rebondir en créant des masques à l’effigie de personnages de dessins-animés pour encourager les enfants à se protéger !

« Nous devons être fortes pour surmonter ce que nous avons vécu pendant la guerre. Si je gouvernais le monde, je soutiendrais les femmes. J'insisterais sur l’importance de leur place dans le monde du travail et dans l’ensemble de la société. »

Les droits des femmes lui tient tellement à coeur que Loujain a décidé de s’engager aux côtés de CARE. Elle nous aide à sensibiliser sa communauté contre les violences faites aux femmes et les mariages forcés.

Nyoka, réfugiée sud-soudanaise, est fière d’aider d’autres femmes à son tour

Portrait de Nyoka, réfugiée sud-soudanaise soutenue par CARE en Ouganda.
© CARE

Il y a quatre ans, Nyoka a été forcée de fuir les violences au Soudan du Sud avec sa mère et ses sept enfants, laissant son mari derrière elle. Les débuts dans le camp de réfugiés en Ouganda ont été très difficiles : comment reprendre une vie normale après un tel traumatisme ?

« J’étais désespérée, je me sentais inutile. Je ne savais pas quoi faire pour subvenir aux besoins de ma famille », explique Nyoka.

Mais Nyoka était déterminée à avancer ! Le jour où elle a rencontré nos équipes, ce fût un nouveau départ. Elle a su qu'elle pouvait devenir autonome et créatrice de changement dans sa communauté.

« Quand j’ai rejoint le groupe d’épargne de CARE, je me demandais comment j’allais pouvoir mettre de l'argent de côté alors que je n'arrivais même pas à m’acheter un paquet de sel. Mais grâce aux formations de CARE, j’ai réussi à économiser assez pour créer ma petite entreprise de vente de charbon de bois. Désormais, je peux nourrir moi-même ma famille et je vais pouvoir envoyer mes enfants à l’école ! »

Et ce n’est pas tout ! Aujourd’hui, Nyoka conseille et aide les femmes en matière de planification familiale et de lutte contre les violences. 

« Aujourd'hui, j’ai des responsabilités et je suis fière de pouvoir aider d’autres femmes à mon tour ! »

Soutenir CARE en toute confiance

Association de solidarité internationale depuis 75 ans, CARE lutte contre l'extrême pauvreté, les inégalités et les violences dans plus de 100 pays dans le monde. 

  • Vos dons sont essentiels : ils nous permettent d’agir rapidement et en toute indépendance pour aider les populations qui en ont le plus besoin et qui sont souvent oubliées de tous.
  • Vos dons sont bien utilisés : nous sommes labellisés par l’organisme Don en confiance qui contrôle les associations en France. Ça vous garantit rigueur et transparence dans l’utilisation des dons que vous nous confiez. Et nos actions sont également contrôlées les institutions publiques qui nous soutiennent (France, Union européenne, ONU).
  • Vos dons peuvent être défiscalisés : 75% du montant de vos dons sont déductibles de vos impôts jusqu’à 1 000 € car nous sommes une association reconnue d’utilité publique.