03 janvier 2022

Insolite. Les animaux aussi participent à la lutte contre la pauvreté

Connaissez-vous toutes les actions de CARE pour aider les populations à sortir de la pauvreté ? Découvrez comment un canard ou un agneau peut changer les vies de toute une famille.

L'association CARE lutte contre l'extrême pauvreté dans le monde
© CARE

L’élevage pour les familles et toute une communauté

Les moutons par exemple offrent énormément de choses : ils donnent de la laine, du fumier comme engrais, du lait, du beurre ou de la viande. Et au-delà des bienfaits directs pour une famille, distribuer des chèvres, vaches ou moutons aux familles les plus pauvres c’est aussi les aider à démarrer un élevage. Nous menons en complément des formations sur comment prendre soin de ce bétail. Cela crée des sources de revenus et permet notamment aux femmes de gagner en indépendance. Dans certains de nos programmes, une chaîne de solidarité se crée : les femmes qui ont reçu du bétail s’engagent à donner deux bêtes de la prochaine portée à un autre membre de leur communauté.

« Avant de recevoir trois chèvres, nous n’avions plus rien. J’ai perdu mon mari au début de la guerre et j’élève seule mes quatre enfants. Aujourd’hui, je fais tout pour leur offrir une meilleure vie », témoigne Mariam en Syrie. 

© CARE

Les canards contre le changement climatique

Pourquoi privilégier les canards aux poulets ? Parce que les canards nagent. Dans les zones soumises à de nombreuses inondations, comme au Bangladesh, avoir des canards permet donc aux populations de ne pas perdre leurs sources de revenus. 

Avant cela, ces familles devaient recommencer à zéro après chaque catastrophe. Soutenir l’élevage de canards est donc une façon d’aider les populations à s’adapter aux impacts du changement climatique. Et l’autre avantage des canards ? Dans les rizières, ils mangent les insectes, grattent la terre et offrent du fumier. C’est une manière naturelle, connue dans la permaculture, de protéger et faire pousser les plantations.  

L'association CARE aide les populations du Tchad à faire face à la sécheresse
© CARE

Des cliniques vétérinaires pour soutenir le développement d’une région

Pour prendre soin du bétail et donc soutenir l’élevage dans une région, CARE crée aussi des cliniques vétérinaires. En formant des vétérinaires, nous créons aussi des emplois et renforçons les compétences des communautés que nous soutenons. C’est donc gagnant pour tout le monde.

« Avant, le centre vétérinaire le plus proche était situé à une journée de marche. Avec d’autres femmes, nous avons été formées. Et une boîte à pharmacie avec tous les médicaments nécessaires nous a été confiée. C’est un nouveau défi pour moi mais cela ne m’effraie pas. Au contraire, je suis enthousiaste. J’ai déjà soigné 15 chèvres et un âne », témoigne Dourouba au Tchad.