Le Liban poursuit sa dégringolade

« Deux ans après l’explosion de Beyrouth, le Liban – qui connaît depuis l’automne 2019 la plus grave crise socio-économique de son histoire – poursuit sa dégringolade. Pays à revenu intermédiaire avant 2019, le Liban, dont la monnaie a perdu 99% de sa valeur en trois ans, est devenu un lieu où plus de deux tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté » alerte Bujar Hoxha, directeur de CARE au Liban. 

A ceci s’est ajouté cette année l’impact de la guerre en Ukraine. En effet, le pays dépend à 66% du blé importé d’Ukraine et à 12% du blé de Russie. De plus, avec l’explosion de Beyrouth et la destruction partielle des silos du port de la ville en août 2020, il est devenu difficile de stocker les graines. Les Libanais, qui disposent d’une heure à peine d’électricité fournies par le gouvernement chaque jour, dépendent principalement de générateurs alimentés par le mazout pour pouvoir s’éclairer. La flambée des prix du pétrole, est donc une catastrophe de plus.  Cette pénurie d’électricité pèse notamment fortement sur les hôpitaux. 

"Pour tous, acheter un sac de pain, mettre un plein d'essence ou avoir de l'électricité est devenu un luxe"

Bujar Hoxha, directeur de CARE au Liban

« Aujourd’hui, deux ans après l’explosion, nous ne pensons pas seulement aux personnes tuées et blessées mais aussi à tous les habitants de la ville qui se battent pour faire face à une situation de plus en plus difficile. Nous pensons à l’ensemble du Liban, avec ses citoyens et ses communautés de réfugiés et de migrants syriens et palestiniens. Pour tous, acheter un sac de pain, mettre un plein d’essence ou avoir de l’électricité est devenu un luxe. Que cette deuxième commémoration de l’explosion de Beyrouth puisse donner du courage et de la force pour reconstruire l’avenir du Liban, où chacun pourra subvenir à ses besoins fondamentaux. Deux ans après l’explosion, beaucoup reste à faire, que ce soit en termes de reconstruction de la ville ou en termes de soutien à apporter à la population démunie. N’oubliez pas le Liban. » 

L'action de CARE au Liban

Dans tout le pays, CARE travaille sans relâche pour aider les populations à faire face à cette crise en apportant une aide humanitaire essentielle :

  • Distributions d’urgence aux personnes les plus vulnérables (nourriture, kits d’hygiène)
  • Soutien des commerces locaux
  • Lutte contre les violences sexistes et sexuelles
  • Soutien d’organisations de femmes dans le secteur de la protection et la sécurité alimentaire.

En 2021, CARE est venu en aide à plus de 180 000 personnes au Liban. Mais face aux besoins immenses, la situation laisse craindre le pire. Si rien n’est fait pour lutter contre cette crise, des générations entières risquent d’en subir les conséquences. Le gouvernement Libanais et la communauté internationale doivent agir pour répondre de toute urgence aux besoins humanitaires.

En savoir plus