Iman, réfugiée devenue mannequin et ambassadrice de CARE

Depuis des décennies et encore aujourd’hui à 65 ans, Iman Abdulmajid est l’une des plus célèbres mannequins au monde. Malgré son succès, la veuve de David Bowie n’a jamais oublié son statut de réfugiée.

Iman a fui la Somalie en 1972.

« Mes parents nous ont réveillés au milieu de la nuit. Nous avons fui la répression politique et sommes devenus des réfugiés. J’avais 16 ans. Je n’oublierais jamais à quel point c’est déshumanisant de tout perdre : sa maison, sa famille et même tout espoir. S’il n’y avait pas eu des ONG, comme CARE, je ne sais pas ce que je serais devenue. »

Iman est aujourd’hui une entrepreneure brillante et une activiste pour les droits humains. Elle est ambassadrice de CARE. Parlant cinq langues, elle promeut et soutient nos programmes de lutte contre la pauvreté dans le monde.

L'association CARE apporte une aide d'urgence dans le monde

Bujar, survivant de la guerre au Kosovo et directeur des équipes de CARE au Liban

L'association CARE apporte une aide d'urgence dans le monde

Il y a trois ans, CARE est l’une des premières ONG à tirer la sonnette d’alarme sur la crise humanitaire au Liban. C’est notamment grâce à Bujar Hoxha, directeur de nos équipes sur place. «  Je comprends ce que les Libanais vivent. Moi aussi, j’ai vu mes parents tout perdre. »

Une jeunesse dans un camp de réfugiés

C’est l’histoire d’une famille albanaise au Kosovo : le père de Bujar perd son emploi à cause de ses origines ethniques. Puis Bujar est expulsé de son propre pays en 1999. « J’avais 19 ans. Nous étions entassés dans un train. Des soldats ont fait descendre plusieurs hommes. Certains étaient insultés et battus. D’autres ont disparu. »

Réfugié dans un camp, Bujar participe alors à la création d’une école pour les enfants du camp et travaille pour CARE en tant qu’assistant. Après avoir repris des études, il devient directeur de notre bureau pour la région des Balkans de 2007 à 2010. Et il y a quatre ans, il rejoint nos équipes au Liban. Depuis il aide les populations libanaises qui vivent l’une des pires crises économiques de leur pays.

Lire aussi : aide d’urgence et crises humanitaires dans le monde, pourquoi et comment agir

Erika, aidée par CARE en 1947 et donatrice aujourd'hui

« En 1947, nous avons reçu des colis CARE avec de la nourriture et des vêtements. Pour moi qui avais 14 ans, ça a été l’évènement de ma vie. Peut-être que cela a l’air ridicule, mais nous étions réfugiés et possédions peu. Je n’oublierai jamais CARE. »

Erika et sa famille ont été pris dans la tourmente de la Seconde guerre mondiale.

Erika et sa famille vivaient en Indonésie quand la guerre a éclaté. En raison de leur nationalité allemande, ils ont été séparés et placés dans des camps d’internement. « Je n’ai pas revu mon père pendant sept ans. Ma mère et moi avons été renvoyées en Allemagne. On vivait dans une petite pièce sous le toit d’une maison pas trop détruite. »

Erika reçoit alors des colis CARE. Ces colis comprenant une aide d’urgence ont été la toute première action de l’association CARE. Des décennies plus tard, voulant s’engager à son tour, Erika est désormais donatrice et soutient nos actions dans le monde.

L'association CARE apporte une aide d'urgence depuis 75 ans

Merci à nos donatrices et donateurs !

C’est avec votre soutien que nous pouvons changer des vies. Ensemble, nous accompagnons des personnes vulnérables pour qu’elles construisent librement leur avenir. Ces trois belles histoires en sont bien la preuve…

  • Vos dons sont essentiels : ils nous permettent d’aider rapidement et en toute indépendance les populations qui en ont le plus besoin.
  • Vos dons sont bien utilisés : nous sommes labellisés par l’organisme Don en confiance qui contrôle les associations en France. Ça vous garantit rigueur et transparence dans l’utilisation de vos dons. 
  • Vos dons peuvent être défiscalisés : 75% du montant de vos dons sont déductibles de vos impôts jusqu’à 1 000 € car nous sommes une association reconnue d’utilité publique.

Je fais un don à CARE 

© CARE