Inde

Inde : adaptation au changement climatique dans l'État de Chhattisgarh (Where the Rain Falls II)

Fiche projet

Début : janvier 2014
Fin : janvier 2017
Localisation : Etat de Chhattisgarh
Budget : 734 000 €
Partenaires locaux : Autorités locales telles que les institutions de Panchayati Raj. L'engagement d'un partenariat avec une ONG locale sera exploré notamment pour la mobilisation communautaire et la capitalisation.
Financé par : AXA
Bénéficiaires : Communautés Adivasi dans 20 villages de la région et plus particulièrement les femmes issues de ces communautés.

Where the Rain Falls est un projet d'adaptation à base communautaire créé afin d'améliorer les capacités des femmes Adivasi, peuple indigène indien historiquement marginalisé, à s'adapter et à faire face aux aléas liés au changement climatique dans le district de Jashpur de l'État de Chhattisgarh. Dans cette région de l'Inde, bien que majoritaires, les populations Adivasi et notamment les femmes, sont marginalisées.

Contexte :

La première phase du projet Where the Rain Falls (2011-2014), menée en partenariat avec l'Université des Nations unies, a étudié la manière dont les changements dans les régimes des précipitations affectent les communautés rurales en apportant une meilleure compréhension des interactions entre les variations de pluviométrie, la sécurité alimentaire et les migrations des communautés locales dans huit pays concernés, dont l'Inde, à grâce à l'utilisation d'outils participatifs d'analyse.

Ces études ont démontré que le district de Jashpur a un niveau pluviométrique normal malgré une diminution importante des précipitations depuis 1990. Les niveaux de l'eau dans le district ont largement diminué et les variabilités météorologiques (sécheresse, moussons tardives ou erratiques, décalage des saisons) ont sévèrement affecté la production agricole locale. L'accès pour les familles aux produits forestiers non ligneux (PFNL) a diminué, alors qu'ils sont essentiels pour la sécurité alimentaire des populations. Il a été constaté que dans tous les villages, l'agriculture a évolué d'une culture multiple à une monoculture, forçant ainsi les populations à migrer de manière saisonnière pour le travail.

Depuis ses débuts, le projet promeut l'importance d'une collaboration étroite avec les organisations communautaires afin d'améliorer l'accès, le contrôle et la gestion des femmes Adivasi aux différentes ressources. C'est pourquoi le renforcement des liens entre les familles Adivasi et le gouvernement a été privilégié afin de faciliter l'accès aux différents intrants, aux services et à la propriété.

Le projet se tourne également vers la diversification et l'amélioration de nouvelles cultures, un travail sur l'amélioration des sols, de la terre, de la gestion de l'eau et des forêts est effectué avec la participation des communautés.

Cette deuxième phase vise à renforcer les connaissances des populations sur les risques chroniques comme l'insécurité alimentaire ou le manque d'accès à l'eau résultant des effets du changement climatique et impactant l'accès, le contrôle et la gestion des ressources naturelles pour les femmes Adivasi.

Ainsi, le projet Where the Rain Falls (phase II) est orienté vers les points suivant :

  • La réduction de la vulnérabilité des femmes Adivasi et de leur famille.
  • La recherche et la mise en place de nouvelles formes de résilience.
  • Le renforcement des mécanismes, pratiques, et opportunités existants concernant la résilience au changement climatique.

Objectifs :

Objectif général : Améliorer les capacités et l'assurance des femmes afin de s'adapter et de faire face aux risques environnementaux et économiques liés au changement climatique.

Objectifs spécifiques :

  • Soutenir les actions participatives et effectives des communautés afin de construire une certaine solidarité. Promouvoir l'égalité des genres et faciliter l'accès des femmes et des filles Adivasi aux différentes ressources, aux services, au commerce et à certains droits;
  • Renforcer l'engagement des différents acteurs (familles, communautés, gouvernement, autorités locales) afin de soutenir la participation égale des femmes Adivasi dans les processus de décisions concernant la gouvernance des ressources et des bénéfices, mais aussi dans la participation aux activités agricoles et commerciales;
  • Faciliter la gouvernance et la gestion des ressources communes avec une participation effective des communautés locales, et plus particulièrement des femmes Adivasi;
  • Développer des informations et des outils permettant la mise en place de stratégies de plaidoyer ainsi que la mise en œuvre de nouveaux programmes par CARE Inde et autres collaborateurs.

Activités :

Résultats attendus :

Amélioration de la capacité des femmes à faire face aux risques économiques et environnementaux liés au changement climatique.

  • Mise en place effective d'actions participatives des communautés afin de s'engager durablement avec le gouvernement et les différents acteurs commerciaux;
  • Etablissement d'une relation positive entre les différents acteurs afin que ceux-ci soutiennent le renforcement de la place des femmes dans l'agriculture et dans les prises de décisions en relation avec la gestion des ressources;
  • Les ressources de la communauté sont gérées de façon efficiente avec la participation effective des femmes Adivasi;
  • Augmentation des connaissances des différents acteurs concernant : l'adaptation au changement climatique, l' « empowerment » des communautés Adivasi, l'agriculture intelligente adaptée au changement climatique ; Ainsi que l'adaptation de ces connaissances aux différents programmes de CARE Inde.

Exemples d'activités :

  • Exercices d'immersion afin de finaliser la mise en place des activités de la phase 2 en collaboration avec les communautés et les différents acteurs (études sur les vulnérabilités des femmes, établissement d'une base de données sur les différentes capacités, adaptation des différentes formations à la seconde phase);
  • Mise en place de nouvelles formations : sur le genre, les différentes opportunités, mais aussi sur les lois et différentes connaissances techniques utiles;
  • Création de Cercles REFLECT ; création d'un comité de gestion communautaire de l'eau;
  • Formation de comités d'actions collectives en mettant en avant la participation des femmes;
  • Mise en place d'ateliers pour faciliter le développement communautaire, création de normes de gouvernance et de gestion communautaire des ressources communes;
  • Etablissement de réunions et de travaux de groupe entre les acteurs du projet afin de partager les différentes expériences.