La France accueille en novembre la COP 21, qui constitue un enjeu crucial pour la lutte contre le changement climatique avec la signature prévue d'un accord international. Le changement climatique représente un défi incontournable dans la poursuite de la mission de CARE de lutte contre la pauvreté et menace les progrès réalisés depuis de nombreuses années en termes de développement.

Bangladesh© 2004 Josh Estey-CARE

En effet, le changement climatique est révélateur d'une injustice mondiale : les pays industrialisés ont une responsabilité historique quant aux émissions de gaz à effets de serre (GES), alors que ce sont les populations des pays les plus pauvres qui en subissent de plein fouet les conséquences. Ces populations les plus touchées concentrent pourtant des ressources économiques et financières insuffisantes pour faire face aux risques et s'adapter aux grands bouleversements.

De plus, les impacts du changement climatique risquent de creuser de manière exponentielle les inégalités économiques et sociales. Ils mettent en péril l'accès aux services essentiels et l'atteinte de droits universels : droit à l'alimentation, l'accès à l'eau potable, à un habitat décent, à des soins de santé, à l'éducation, à l'égalité des droits, à un environnement stable.

Outre ses actions sur le terrain de réponses aux urgences climatiques, ou d'adaptation aux conséquences du changement climatique, CARE participe activement depuis plusieurs années aux négociations internationales sur le climat.

Témoignage de Nana, Région de Garin Mahaman au Niger

« Avant, nous avions une grande diversité de plantes et d'animaux. Maintenant, les pluies sont plus rares et la végétation disparait. Nos récoltes ont diminué. Nous avons été forcés de nous nourrir de feuilles d'arbres. Beaucoup d'hommes sont partis, laissant leurs femmes et enfants. Pour combattre les effets du changement climatique, nous utilisons des semences améliorées. On surveille aussi la quantité de pluie pour savoir quand semer. Je récolte maintenant 300 kg de haricots. »

SI ON NE FAIT RIEN

DROIT À L'ALIMENTATION

800 millions de personnes souffrent aujourd'hui de la faim. D'ici 2030, la demande alimentaire va augmenter de 50% alors que le réchauffement climatique menace l'accès aux ressources : 2/3 des terres arables en Afrique auront ainsi disparu d'ici 10 ans. Les rendements et la qualité nutritionnelle des cultures de blé, riz ou maïs vont diminuer et les prix augmenteront.

HABITAT

La montée du niveau de la mer pourrait atteindre 82 cm d'ici 2100 en cas d'un réchauffement de 4°C. Le changement climatique accroit également l'intensité et la fréquence des catastrophes naturelles (inondations, cyclones). Ces événements extrêmes affectent 211 millions de personnes par an. La force destructrice du dernier cyclone au Vanuatu ou des inondations au Malawi démontre les effets dramatiques sur les populations, les logements et d'autres infrastructures essentielles.

ACCÈS À L'EAU

La variabilité accrue des précipitations, les sécheresses plus fréquentes et les infiltrations d'eau de mer dans les nappes phréatiques menacent l'accès et la qualité des eaux disponibles. Si on estime qu'aujourd'hui, près de 750 millions de personnes n'ont pas accès à de l'eau potable dans le monde, d'ici à 2025, ce sont 1,8 milliard de personnes qui vivront dans des zones soumises à un stress hydrique principalement à cause du changement climatique et de l'augmentation de la population

JUSTICE SOCIALE

Les dérèglements climatiques vont créer de nouvelles poches de pauvreté. Par exemple, les différences d'opportunités, d'accès et de contrôle des ressources entre les femmes et les hommes vont déterminer la vulnérabilité et les capacités d'adaptation de chacun. Les femmes ayant souvent un accès restreint à l'eau, la terre, l'éducation, les marchés économiques et l'information climatique sont plus vulnérables.