Chaque jour, près de 39 000 filles sont mariées, soit environ une fille toutes les deux secondes. Un nombre stupéfiant et totalement inacceptable. Les mariages forcés privent les filles et les garçons de leur enfance, et ébranlent les efforts des gouvernements en termes de santé, d'éducation et de développement. 

« La mise en place de politiques contre les mariages forcés et l'accès à l'éducation primaire et secondaire sont des actions essentielles mais insuffisantes pour mettre fin à cette pratique. Le réseau humanitaire CARE lutte contre les causes profondes des mariages forcés », explique Philippe Lévêque, directeur de CARE France.

Plusieurs normes sociales entretiennent la pratique des mariages précoces, telles que :

  • le manque de reconnaissance sociale des filles,
  • la pauvreté des familles et le manque d'alternatives économiques pour les filles,
  • la volonté de protéger l'honneur familial en mariant des filles vierges
  • ou le moindre coût des dots pour les filles très jeunes.

Du Moyen-Orient à l'Asie du Sud en passant par l'Afrique subsaharienne, découvrez comment CARE aide les communautés à développer leurs propres solutions et alternatives au mariage forcé :

L'ONG humanitaire CARE lutte contre les mariages forcés.
Burundi : soutenir l'émancipation économique et sociale des femmes
L'ONG humanitaire CARE lutte contre les mariages forcés.
Népal : des hommes s'engagent contre les mariages forcés
L'ONG humanitaire CARE lutte contre les mariages forcés.
Népal & Bangladesh : le rôle clé des belles-mères
L'ONG humanitaire CARE lutte contre les mariages forcés.
Égypte : quand les filles n'ont pas d'alternatives au mariage forcé