CARE défend les droits des enfants pour qu'ils puissent acquérir la confiance en soi et les aptitudes dont ils auront besoin toute leur vie.

Les enjeux

Les enfants ont droit à une protection, à la satisfaction de leurs besoins alimentaires et sanitaires fondamentaux ainsi qu'à l'éducation. Dans le monde, 124 millions d'enfants et d'adolescents sont privés de leur droit à l'éducation. La pauvreté en est la première cause.

Les solutions

Défendre le droit des enfants à vivre dans une famille

Le premier droit d'un enfant est celui de vivre dans une famille. Cela permet de rattacher l'enfant à une histoire et surtout ça lui offre un périmètre de protection contre la violation de ses droits. De nombreux enfants abandonnés en sont pourtant privés. Afin de favoriser le maintien des enfants dans leur famille, nous soutenons les populations les plus vulnérables par des programmes d'alphabétisation et de création d'activités génératrices de revenus. Cela passe aussi par la prévention des grossesses non désirées grâce à des programmes de planning familial.

Améliorer la prise en charge scolaire

Nos équipes sensibilisent les communautés et les pouvoirs publics à l'importance d'une éducation pour tous. CARE défend la mixité sexuelle et sociale ainsi que l'adaptation des cursus scolaires aux différences culturelles et linguistiques.

Zoom sur les femmes

Si la fracture entre filles et garçons en matière d'éducation primaire s'est fortement réduite, il existe encore de grandes disparités régionales. Dans certaines régions d'Afghanistan ou de Guinée, moins de 20% des filles vont à l'école. Les causes sont multiples : les filles aident souvent aux tâches ménagères. Elles n'ont pas la même liberté de mouvement que les garçons. Et dans de nombreuses parties du monde, la norme considère que seuls les hommes doivent bénéficier d'une éducation car ils sont la première source de revenus de la famille.

• Pourtant, le revenu par habitant pourrait augmenter de 23% au cours des 40 prochaines années dans les pays où tous les enfants iraient à l'école. Offrir aux filles une année supplémentaire d'éducation primaire peut ainsi augmenter leurs futurs salaires de 10 à 20%, et ce taux atteint 15 à 25% pour une année supplémentaire d'école secondaire.

• L'école secondaire est également l'occasion d'apprendre des comportements sains. Dans certains pays, le sida se propage deux fois plus vite chez les filles non éduquées. Et chaque année supplémentaire de scolarité dans la vie d'une fille réduit de 10% le risque de décès de son futur bébé.

Le saviez-vous ?
  • CARE France a mis en oeuvre des projets d'éducation et de défense des droits des enfants dans 10 pays en 2013-2014.