19 juin 2015

Plus de 10 millions d'enfants ont dû fuir leur maison, suite à des conflits ou des catastrophes naturelles, et se réfugier dans un autre pays. Ils ont subi les pires épreuves de la vie : l'exil, la pauvreté, la faim. A l'occasion de la journée mondiale des réfugiés, 20 juin, découvrez leurs témoignages et le soutien apporté par l'ONG CARE.

Les enfants syriens

Sara, à gauche de la photo, à côté de sa mère Halima. La famille a trouvé refuge au Liban il y a un an. ©CARE/Mary Kate Maclsaac

Alors que le conflit en Syrie entre dans sa cinquième année, près de 2 millions d'enfants syriens vivent en tant que réfugiés au Liban, en Turquie, en Jordanie et dans d'autres pays.

Témoignage

Sara, 12 ans, a fui vers le Liban il y a un an avec sa mère, son frère, sa tante, son oncle et sa grand-mère. Ils vivent désormais dans un abri de parpaing, sombre et humide

Sara se souvient de sa vie en Syrie avant le conflit.

Sara, qui a fini sa 5ème année d'étude (CM2), adorait étudier : « Je veux devenir médecin. En Syrie, j'avais l'habitude d'aller voir ma cousine à son travail, elle était pharmacienne ».

> Lire le témoignage intégral

L'action de CARE : un soutien aux populations affectées

Au Liban, CARE fournit un soutien financier aux réfugiés syriens et travaille avec les municipalités pour améliorer les réseaux d'approvisionnement en eau et les installations sanitaires destinées aux réfugiés et aux communautés hôtes.

Les enfants centrafricains

L'association CARE vient en aide aux réfugiés de Centrafrique
138 500 Centrafricains se sont refugiés au Cameroun depuis janvier 2014. © CARE

Deux ans après le coup d'Etat en Centrafrique, la situation reste très volatile. 460 000 Centrafricains, ont fui les combats et les massacres perpétrés dans leur pays.

Témoignage

En avril 2014, Sukina et ses 6 enfants ont trouvé refuge au Cameroun. Durant leur fuite, la famille est obligée de se nourrir de feuilles et de marcher la nuit à l'abri des regards :

« Ma fille de 4 ans est terrifiée par ce que nous avons vécu. Durant notre fuite, nous avons vu des gens se faire assassiner ou enterrer vivant. Ma fille pleure sans arrêt depuis qu'on lui a posé un fusil sur la tête. Elle souffre d'incontinence et sursaute à chaque mouvement. »

> Lire le témoignage intégral

L'action de CARE : apporter un soutien psychosocial

CARE soutient les réfugiés centrafricains dans l'Est du Cameroun en les aidant à surmonter leurs traumatismes. CARE mène également des actions d'accès à l'eau et à l'assainissement. CARE soutient également les populations camerounaises dont les ressources limitées sont confrontées à une pression supplémentaire.

Les enfants somaliens

L'association CARE vient en aide aux réfugiés de Somalie
Ismail, 11 ans, se déplace en fauteuil roulant pour assister aux cours. © CARE

Les cinq camps de réfugiés de Dadaab ont été créés en 1991 quand la guerre civile a éclaté en Somalie et a entraîné l'arrivée massive et soudaine de réfugiés au Kenya. À l'origine, ces camps devaient accueillir 90 000 personnes. 23 ans après, Dadaab est devenu la résidence permanente et le quotidien de 370 000 réfugiés venant de Somalie, du Soudan, d'Éthiopie et d'Ouganda.

Témoignage

Ismail Omar, 11 ans, se déplace en fauteuil roulant. Il est paralysé depuis sa petite enfance parce que sa famille n'avait pas les moyens de le vacciner contre la polio. Originaire de Somalie, Ismail vit dans le camp de réfugiés de Dadaab depuis 2006 :

« Pour arriver dans le camp, ma famille a dû marcher durant dix jours après que notre voiture soit tombée en panne. C'est un membre de ma famille qui m'a porté sur ses épaules pendant tout le trajet. Aujourd'hui, j'aime l'école. Mais sur le chemin, d'autres enfants se moquent régulièrement de moi quand ma sœur de 15 ans pousse mon fauteuil. Parfois, ils me jettent des pierres. »

> Lire le témoignage intégral

L'action de CARE : scolariser tous les enfants

L'ONG CARE est présente à Dadaab depuis 1992. CARE assure la gestion de sept écoles à Dagahaley, l'un des cinq camps qui constituent Dadaab. Parce qu'il est essentiel que tous les enfants aient accès à l'éducation, CARE a créé des classes spéciales pour les enfants handicapés. 494 garçons et filles souffrant d'un handicap sont ainsi scolarisés dans les sept écoles gérées par CARE. Nos équipes gèrent également l'approvisionnement en eau et la distribution de nourritures dans les camps de Dadaab.