12 octobre 2016

Les ONG mobilisent les citoyen-ne-s pour une aide au développement plus ambitieuse

Alors que les député-e-s commencent à débattre aujourd’hui du budget de la France pour l’année 2017 – et notamment de la part allouée à la solidarité internationale - des ONG appellent les citoyen-ne-s à se mobiliser et à interpeller les député-e-s via Twitter pour leur demander d’agir en faveur de la solidarité internationale.

L’examen du projet de loi de finances pour l’année 2017 (PLF 2017) commence aujourd’hui à l’Assemblée nationale. Il s’agit du dernier budget du quinquennat de François Hollande, dans une période pré-électorale, marquée par une actualité internationale intense : multiplication des catastrophes liées au changement climatique, crise des réfugiés, recrudescence des conflits armés, creusement des inégalités mondiales… 

Alors que les député-e-s commencent à débattre aujourd’hui du budget de la France pour l’année 2017 – et notamment de la part allouée à la solidarité internationale - des ONG [1] se mobilisent pour une aide au développement plus ambitieuse et lancent une plateforme d’interpellation citoyenne : www.objectifsolidarite2017.org. A travers cette plateforme, en ligne du 12 au 24 octobre 2016 pour la 1ère partie de l’examen de la loi, les ONG appellent largement les citoyen-ne-s à se mobiliser et à interpeller les député-e-s via Twitter pour leur demander d’agir en faveur de la solidarité internationale.

« A quelques mois de la fin de son mandat, c’est la dernière occasion pour François Hollande de tenir ses engagements en faveur des populations les plus vulnérables et de la lutte contre le changement climatique. Augmenter les financements pour la solidarité internationale sans grever d’autres budgets est possible en mobilisant des fonds additionnels via une taxe sur les transactions financières élargie dès cette année aux opérations les plus spéculatives. Cela permettrait de dégager de 2 à 4 milliards de recettes supplémentaires », déclare Sandra Lhote-Fernandes d’Oxfam France.

« La France s’est engagée à allouer 0,7% de son RNB à la solidarité internationale, mais elle n’y consacre aujourd’hui que 0,37%. Loin de concrétiser ses promesses, le dernier quinquennat est marqué par une baisse sans précédent de 21% du budget alloué à l’aide publique au développement. Sans la mobilisation des député-e-s, c’est malheureusement cette coupe qu’on retiendra de la politique étrangère de François Hollande », ajoute Friederike Röder de ONE France.

« Aujourd’hui, 900 millions de personnes vivent encore avec moins de 1,9 $ par jour et plus de 400 millions de personnes n’ont pas accès aux services de santé les plus essentiels. Une situation intolérable quand on sait que des solutions concrètes, indolores pour les finances publiques peuvent être mises en œuvre pour augmenter les budgets de la France en faveur de la solidarité. Ce n’est plus qu’une question de volonté politique», affirme Bruno Rivalan, Directeur France d’Action Santé Mondiale.

Les ONG rappellent qu’un récent sondage a révélé que 67 % des français-e-s se déclaraient en faveur de l’aide publique au développement (APD) et 57 % disaient en être fiers [2]. Les député-e-s doivent montrer qu’ils considèrent, comme les français-e-s, la solidarité comme une priorité.

[1] Action contre la faim, Action Santé mondiale, CARE France, Coordination Sud, ONE, Oxfam France, le Réseau Action climat.

[2] Baromètre 2015 de l’AFD "les Français et la politique d’aide au développement de la France".