28 mars 2017

Sécheresse au Somaliland : « Tous les habitants de notre village ont perdu leur bétail. »

Dans le village de Warabaley, au Somaliland*, la plupart des maisons ont été abandonnées. Pour ses habitants, quitter leur village constituait la seule chance de survie face à la sécheresse. Mais Guuleed, 80 ans, n’a pas eu la force de fuir avec sa famille. Il raconte comment la sécheresse a bouleversé sa vie. 

CARE aide les populations en Somalie et au Somaliland
Guuleed, trop faible pour rejoindre sa famille © 2017 / CARE

Une terrible sécheresse sévit dans toute la Somalie

Guuleed a 80 ans. Il a huit enfants et plus de 90 petits-enfants. Mais aujourd’hui, il se retrouve seul. Les membres de sa famille sont partis sans lui parce qu’il était trop faible pour les accompagner.

« J’ai décidé de rester ici pour que ma famille puisse survivre. Ils sont partis pour sauver les jeunes enfants et le bétail restant. Sur les 240 chèvres et 15 chameaux que nous possédions, seuls cinq chèvres et douze chameaux ont survécu. Ce bétail est notre principale source de revenus », raconte-t-il.

En Somalie, la coutume veut que les enfants s’occupent de leurs parents. Mais l’ampleur de la sécheresse a forcé des familles à prendre des décisions déchirantes et à partir en laissant derrière elles les personnes les plus faibles. 

© 2017 / CARE

Dans certaines régions, il faut marcher 50 km pour trouver un point d’eau

Aujourd’hui, plus de six millions de personnes, soit un Somalien sur deux, manquent d’eau et de nourriture. Les raisons de cette situation : de trop faibles précipitations au cours des deux dernières années et les impacts du phénomène climatique El Niño. Dans certaines régions, la distance jusqu’aux points d’eau les plus proches peut atteindre 50 km.

« Notre village a été l’un des premiers à être frappé par la sécheresse. Nous avons connu de fortes périodes de faim et de pénurie d’eau. Voyez à quel point le village est aride et désert. Tous les habitants de notre village ont perdu leur bétail. » 

La situation est la même dans tout le pays : les routes de Somalie sont recouvertes de carcasses d’animaux morts. Avec la hausse des prix alimentaires et le manque de revenus engendré par la mort de leur bétail, de nombreuses familles ne mangent plus qu’un seul repas par jour. Le peu d’argent dont elles disposent est dépensé pour acheter de l’eau.

« Nous avons connu de fortes périodes de faim et de pénurie d’eau. »

« Cette sécheresse dure depuis des années et a profondément affecté nos vies. Nous avons connu de fortes périodes de faim et de pénurie d’eau », déplore Guuleed.

CARE aide les populations en Somalie et au Somaliland
Les enfants, doublement victimes de cette sécheresse © 2017 / CARE

Les impacts pour les populations sont dramatiques : de nombreux enfants sont forcés d’abandonner l’école car leurs parents ne peuvent pas payer leurs frais de scolarité et ont besoin de leur aide pour les tâches domestiques et la recherche d’eau. Et comme c’est souvent le cas dans ce genre de situation, les femmes et les jeunes filles sont les plus affectées : elles mangent moins et en dernier.

Il est temps que le monde réagisse.

Si les ONG présentes sur place ne reçoivent pas immédiatement des fonds supplémentaires pour aider les milliers de familles qui, comme celle de Guuleed, font face à la sécheresse, la Somalie entrera dans une période de famine. En 2011, environ 250 000 personnes avaient perdu la vie à cause de la famine. Il est temps que le monde réagisse. On ne devrait pas permettre qu’une telle tragédie se répète.

* Le Somaliland est une ancienne région de la Somalie et République autoproclamée depuis 1991

CARE a déjà aidé plus de 300 000 personnes en Somalie et au Somaliland

CARE a aidé plus de 300 000 personnes par le biais de distributions de nourriture, d’eau potable et de produits de base. Nos équipes apportent aussi un soutien financier aux familles les plus vulnérables et mettent en place des services de protection pour les femmes et les jeunes filles.